Territoires zéro chômeur de longue durée : réflexions en cours sur un “tronc commun de droits”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

La présidente d’ATD Quart Monde, Marie-Aleth Grard, a participé, mercredi 29 septembre, à la visite de l’Entreprise à but d’emploi 13 Avenir, à Paris, avec  le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, et le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Avec les acteurs de l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée, les leaders syndicaux travaillent à la construction d’un “socle de garanties collectives” pour l’ensemble des salariés des Entreprises à but d’emploi.

L’Entreprise à but d’emploi (EBE) 13 Avenir, située dans le 13e arrondissement de Paris, compte 66 employés, quatre ans après sa création. Comme dans les neuf autres territoires où se trouvent pour l’instant des Entreprises à but d’emploi créées dans le cadre de l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée, la question d’un “socle de garanties collectives” se pose pour les salariés. Pour réfléchir à la construction de ce “tronc commun de droits pour l’ensemble des salariés des EBE”, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, et le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sont venus rencontrer les employés de 13 Avenir, le 29 septembre.

Laurent Berger a affirmé son “soutien franc et massif” à l’expérimentation, qui va bientôt voir le développement d’au moins 50 nouveaux territoires. Il a cependant constaté que  “des sujets sociaux sont posés dans les EBE. Ce sont des entreprises particulières, mais ce sont des entreprises. Il y a des questions de formation, d’évolution de carrière, de droit syndical, de salaire, de représentation collective”.

Pour Philippe Martinez, “dans les premières expériences, il y a du bon et du moins bon », comme par exemple le fait que les salariés n’aient “aucun repère collectif”. “Le bon, il faut encore l’améliorer. Le moins bon, il faut rajouter des ingrédients pour faire en sorte que ce soit mieux”, a ajouté le leader de la CGT. Tous deux ont donc pointé la nécessité de parvenir, si possible avant la fin de l’année, à “un accord inter-entreprises qui prendrait en compte les spécificités des Entreprises à but d’emploi”.

“Laboratoire d’expérimentation de démocratie sociale en entreprise”

L’EBE propose aujourd’hui une grande diversité de services, avec des ateliers de couture, permettant notamment de revaloriser des bâches publicitaires et des chutes de tissu, des ateliers de menuiserie, de réparation de vélos, des services aux habitants pour améliorer la qualité de vie et l’accès aux droits, avec par exemple une équipe de médiateurs numériques.

Elle est également “un partenaire pour les autres acteurs implantés dans le 13e arrondissement, qui permet d’incuber des projets de territoire”, a expliqué sa directrice générale, Élisa Lewis. L’Armée du Salut a ainsi confié à l’EBE la gestion d’un local pour “imaginer, puis gérer un tiers-lieu qui est à la fois un espace de restauration le midi,  un lieu d’accès au numérique et un bureau partagé”. En pleine expansion, cette entreprise est actuellement “au milieu du gué pour créer un bassin d’emplois suffisamment important pour assécher le taux de chômage de longue durée du territoire”, a-t-elle précisé. Suite aux échanges avec les employés, le secrétaire général de la CGT a constaté que l’EBE était “un possible laboratoire d’expérimentation de démocratie sociale en entreprise pour que les salariés puissent participer davantage à la vision qu’ils ont de leur travail, dans une dimension collective“.

Les salariés de 13 Avenir présents ont tenu à pointer leur fierté de travailler dans cette entreprise, qui “crée du lien social et fait revivre le quartier”. Ils ont également mis en avant leur “polyvalence”, qui permet de découvrir de nombreuses activités et de varier les missions au jour le jour, mais qui pose la question de l’identité professionnelle et de la valorisation. “La polyvalence est toujours enrichissante, mais il ne faut pas que les salariés deviennent des bouche-trous et que l’on crée des niches de non-droit”, a estimé Philippe Martinez.

“Des travailleurs comme les autres”

Pour Laurent Grandguillaume, président de l’association Territoires zéro chômeur de longue durée, cette rencontre est “un moment historique”. “Plus on identifie les problèmes, plus on apporte des solutions. Nous sommes dans une expérimentation. C’est la force du projet, on apprend des autres et en particulier des partenaires sociaux”, a-t-il souligné.

On est dans ce dialogue depuis un moment pour faire avancer cette expérimentation, faire avancer le droit de chaque personne au travail”, a précisé Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart Monde. “Il ne s’agit pas de faire des travailleurs différents des autres, à part, mais des travailleurs comme les autres, reconnus comme les autres et qui peuvent avancer dans la société avec les autres“, a-t-elle insisté. Julie Clair-Robelet

 

Photo : Rencontre à 13 Avenir avec Laurent Berger et Philippe Martinez le 29 septembre 2021. © JCR

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 66%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter