Les visages d'Atd Quart Monde :Marie : l’envie d’expérimenter les “multiples façons de s’engager”

Icon material location on

Les visages d’ATD Quart monde

Retrouvez ici toutes celles et ceux qui font ATD Quart Monde

En découverte du volontariat à Colmar, en Alsace, Marie Villié cherche sa façon à elle de s’engager pour “contribuer au changement de la société”.

Marie a 25 ans et son rêve serait de pouvoir se dédoubler pour multiplier les expériences. Depuis un an et demi, la jeune femme est en découverte du volontariat permanent, à Colmar. Mais son besoin insatiable de parcourir le monde la pousse à partir vers d’autres horizons à la fin de l’année 2023. Faire du woofing et travailler dans des fermes, être bénévole dans des centres de soins de la faune sauvage, être animatrice dans des colonies de vacances, passer plus de temps avec ses proches… La liste de ses envies est longue et, même si son expérience du volontariat est “très enrichissante”, son désir de “ne pas rester trop longtemps au même endroit” est trop fort.

Marie a la bougeotte et un parcours déjà bien rempli. Originaire de Chassieu, près de Lyon, elle découvre ATD Quart Monde dès l’enfance, grâce à sa mère, qui est alliée. Après un BTS de gestion et protection de la nature, elle décide de s’orienter plutôt vers le domaine social. En attendant de passer les concours pour devenir éducatrice spécialisée, elle fait un service civique, pour la scolarisation des enfants issus de la communauté des gens du voyage, dans la Loire. À la fin de cette expérience, sa tutrice lui parle du volontariat permanent à ATD Quart Monde. L’expérience la tente, mais elle obtient en même temps le concours pour l’Institut de formation d’éducateurs spécialisés, près de Grenoble.

Construire des “petits bonheurs simples”

Qu’à cela ne tienne, elle a déjà un projet assez net dans la tête : effectuer ses trois ans d’études, puis découvrir le volontariat pendant quelques années, avant de travailler comme éducatrice dans le domaine de la protection de l’enfance et, pourquoi pas, revenir dans le volontariat. “Pour moi, être dans une association peut avoir plus de force et contribuer davantage au changement de la société que d’être salarié dans le système ordinaire du travail social”, estime-t-elle. Au cours de sa formation, elle constate cependant de nombreuses similitudes avec l’engagement d’ATD Quart Monde. “Je sais que tous les travailleurs sociaux ne sont pas parfaits, mais l’enseignement insistait beaucoup sur l’importance de la parole des personnes en situation de pauvreté, leur participation…”

Suivant son plan, elle commence la découverte du volontariat à la fin de ses études, en septembre 2021, à Colmar, avec deux missions principales : l’animation de la dynamique jeunesse dans la région et les Bibliothèques de rue de Colmar. “Pendant un an, j’ai eu le sentiment d’être vraiment à ma place », constate-t-elle. Le volontariat se définit pour elle comme « un système dans lequel tout le monde est à égalité. Peu importe la mission et l’ancienneté, nous avons tous la même rémunération. Il n’y a pas de hiérarchie dans une équipe, on prend les décisions tous ensemble. Même si, parfois, cela prend plus de temps, moi ça me convient très bien.”

Elle vit son volontariat comme un “engagement total, dans lequel il n’y a pas trop de distinctions entre la vie à ATD Quart Monde et la vie personnelle. Les jeunes et les familles avec qui je suis en lien peuvent me contacter n’importe quand, il n’y a pas certaines barrières qui existent dans le travail social, comme les horaires de disponibilités”, détaille-t-elle. Dans la Maison Quart Monde de Colmar, où elle habite, elle fait venir des amis pour quelques jours ou semaines, pour leur permettre d’expérimenter eux aussi la “philosophie d’ATD Quart Monde : le fait que chacun a des choses différentes à apporter et à recevoir de l’autre, le partage dans les rencontres et la construction de petits bonheurs simples dans le collectif, sans jugement”.

Tenter l’aventure

Depuis septembre 2022 et le départ de deux volontaires permanents expérimentés, sa mission lui semble plus compliquée. “Avec Simon, qui est en volontariat associatif, on se retrouve à devoir mener le bateau, sans nous-mêmes être trop sûrs de nous. J’ai l’impression d’être trop souvent dans un bureau, à remplir des dossiers, alors que je m’attendais à être beaucoup plus dans la relation”, regrette Marie. Son besoin d’actions la pousse cependant à lancer de nouvelles idées qui la motivent. “J’aimerais proposer au groupe jeunes un projet sur toute l’année, dans le cadre d’un partenariat avec l’association 82 4000-Solidaires, mais pas seulement. Je sais que certains jeunes ne pourront ou ne voudront pas partir faire un séjour, mais je veux qu’ils participent aussi. Donc j’espère faire des randonnées avec eux, organiser des ateliers sur le thème de l’écologie, réfléchir ensemble à l’accès aux vacances pour tous…” Malgré les difficultés rencontrées, les initiatives fourmillent dans sa tête pour les prochains mois.

Si elle se projette dans quelques années, Marie imagine aujourd’hui devenir une alliée d’ATD Quart Monde. “Même si je ne poursuis pas tout de suite mon volontariat, cela ne ferme pas la porte à beaucoup d’autres actions, comme être accueillante dans un séjour à la maison de vacances familiales de la Bise ou donner un coup de main ponctuel pour des événements et, pourquoi pas, faire le lien avec ATD Quart Monde en tant qu’éducatrice spécialisée.” Pour elle, il existe dans le Mouvement de “multiples façons de s’engager, tellement de missions variées et de manières différentes de les vivre”. Elle conseille donc à tout le monde de “ne pas rester focalisé sur un seul témoignage et de tenter l’aventure”. Julie Clair-Robelet

Ce portrait est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de janvier 2023.

Photo : © Marie Villié

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 66%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter