Martine Le Corre : le militantisme “nous donne le moyen d’être acteur de notre propre vie”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Militante Quart Monde depuis près de 50 ans et membre de la délégation générale du Mouvement de 2017 à 2021, Martine Le Corre publie Les miens sont ma force, le récit d’une vie d’engagement et de combats contre la misère.

Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire votre “chemin d’engagement semé d’embûches”, comme vous le décrivez ?

Cette idée d’écrire a pris corps avec Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde. Quasiment tous les mois, j’allais le voir à Méry-sur-Oise, on avait de longues discussions sur tous les sujets, avec l’envie d’écrire un livre ensemble. Nous n’avons pas eu le temps d’aller au bout de ce projet. L’idée de reprendre nos échanges a ensuite été évoquée après son décès en 1988, mais le premier résultat ne me convenait pas.

Ce qui me faisait vibrer était de parler de la question de l’engagement, expliciter ce que cela change dans une vie. Je caressais le rêve d’écrire un livre à plusieurs voix, mais cela n’a pas pu se faire. Alors je m’y suis mise seule. J’ai essayé dans ce livre de retracer les moments clés de mon parcours d’engagement, d’être la plus vraie possible. Je souhaite qu’il soit perçu comme une provocation au dialogue, à un échange en profondeur.

Vous décrivez dans ce livre votre cheminement pour devenir militante Quart Monde. Qu’est-ce que le militantisme pour vous ?

C’est un engagement pour et avec d’autres. Devenir militant Quart Monde, c’est saisir les opportunités pour changer sa vie et la lier à celle des autres. La profondeur du militantisme, c’est cet ancrage profond avec les tiens, les plus pauvres, c’est ce que tu vis avec eux. Et c’est cela qui transforme ta propre vie. C’est super exigeant, car c’est d’abord un miroir que l’on se tend à soi-même : je dois regarder ce que je dois changer en moi, pour être à la hauteur des ambitions dont je rêve pour d’autres. Cela nous donne le moyen d’être acteur de notre propre vie. Cette route de militance m’a donné une force incroyable.

Le mot “résistance” est employé à de très nombreuses reprises au fil des pages, quel sens lui donnez-vous ?

C’est une évidence que les plus pauvres sont de véritables résistants face à la vie de misère qui leur est imposée. C’est absolument incroyable de voir dans quelle situation des personnes survivent, ici et à travers le monde. Elles doivent résister à tout ce que leur fait subir la société. Mais la résistance, tu l’exerces aussi à différents niveaux. Il faut résister à ceux qui te provoquent, pour qui tu dois sans cesse faire tes preuves, qui demandent sans arrêt pour qui tu te prends quand tu avances un peu. Et tu dois aussi résister à toi-même, à la petite voix qui dit que tu n’as pas ta place, que tu es en train de te la jouer… C’est très douloureux. Ma vie n’a pas été un long fleuve tranquille, j’ai avancé, j’ai fait des marches arrière, j’ai ré-avancé… Je ne renie rien de tout ça.

Vous parlez du rôle qu’ont eu les volontaires dans votre parcours. Quelle est votre vision du volontariat à ATD Quart Monde ?

C’est un socle. Le volontariat, tel que je l’ai rencontré, j’y crois profondément. J’ai beaucoup d’attentes aujourd’hui, et d’exigences aussi, par rapport aux volontaires. On a besoin de personnes qui ne sont pas en train de se chercher elles-mêmes, qui sont convaincues que la misère est une profonde violence, qui sont prêtes à s’engager dans le quotidien avec les familles les plus pauvres pour mener avec elles des combats qui changent leurs vies… Cela passe par la proximité de vie, la confrontation, le fait d’accepter de se laisser bousculer, interpeller, de façon réciproque.

Je cite dans le livre le témoignage de Monsieur Alexandre, militant du Burkina Faso. Il rappelle qu’ATD Quart Monde permet à ceux qui ne vivent pas dans la misère de changer leurs regards sur les plus pauvres, de se transformer, de s’enrichir et parfois de voir leur vie changer. Mais, pour les plus pauvres, c’est plus dur pour que la vie change. Donc c’est bien avec eux qu’il faut être et c’est à cela que les volontaires doivent donner la priorité.

La formation des volontaires est essentielle et nous devons sans doute aujourd’hui la renforcer. Peut-être qu’on est un peu trop dans la théorie en termes de formation, alors que nous avons la chance incroyable, dans ce Mouvement, d’avoir beaucoup de personnes qui sont dans le faire, l’action, la pratique. Nous devons plus nous en inspirer.

“Je pense qu’aujourd’hui on pourrait oser davantage”, dites-vous à la fin du livre. Qu’aimeriez-vous qu’ATD Quart Monde ose ?

Oser se bousculer davantage, dire non, remettre en cause, se réinterroger tout le temps, mener de réels combats pour provoquer de vrais changements ; oser dénoncer, affronter davantage les politiques et questionner nos partenariats ; oser assumer les choses ensemble sans oublier que nos premiers partenaires sont les plus pauvres, oser profiter de l’expérience de chacun… Osons davantage, sur beaucoup de points !

 

Les miens sont ma force – Récit d’une combattante pour la dignité

Martine Le Corre, Éditions Quart Monde/Le Bord de l’eau, 15 septembre 2023, 229 p., 13 €

Issue d’une famille de 14 enfants, Martine Le Corre a grandi dans « une cité pourrie » de la banlieue de Caen. Après avoir rencontré des volontaires d’ATD Quart Monde, elle est saisie par le message porté par le fondateur du Mouvement : il y a un combat à mener pour sortir de la fatalité et il ne se gagnera pas sans les premiers concernés. Dans ce livre, préfacé par la Défenseure des droits Claire Hédon, elle décrit une vie de passion et d’engagement, un combat pour changer la société et permettre que les plus pauvres soient considérés comme les premiers partenaires de la lutte contre la misère.

Livre à commander aux Éditions Quart Monde ou en librairie.

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 69%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter