Entrez votre recherche ci-dessous :

Kannjawou

Kannjawou

Un roman chaleureux sur la misère d'Haïti qui se trouve toujours sous la coupe des militaires étrangers et des ONG.

Haïti sous la « Deuxième occupation », c’est-à-dire sous le gouvernement des ONG et des militaires étrangers.

« Ça s’appelle la démocratie. Tu mens et tout le monde t’écoute. Tu dis la vérité, et plus personne n’écoute. Et on te répond par la voix très douce d’une jolie porte-parole au teint hâlé de vacancière, que c’est bien que tu t’exprimes. Mais les fusils restent. Et les chars. Et le malheur. »

Nous suivons un groupe de cinq amis – enfants, adolescents puis jeunes adultes – qui habitent la rue des Enterrements, un quartier misérable sur le chemin du cimetière.
Deux frères, l’auteur et son grand frère Popol, deux sœurs, Joëlle et sa grande sœur Sophonie, et Wodné, le révolutionnaire, qui fait partie de « ceux qui renvoient leur présence à demain. Quand les conditions seront réunies ». Tous sont sous la protection maternelle de man Jeanne, la doyenne, qui sait apaiser les querelles et accueillir les solitaires. Et le petit professeur, qui vient de l’autre partie de la ville avec ses livres, fait la lecture aux enfants dans l’association culturelle qu’ils ont créée.

Au Kannjawou, le bar local, certains croisent des membres des ONG qui viennent s’y encanailler ; Sophonie y est serveuse, Popol et son petit frère viennent la chercher quand elle sort trop tard.

Douze ans après la chute d’Aristide et six ans après le séisme, le destin d’Haïti est toujours sous la coupe des étrangers : militaires des Nations Unies et humanitaires des ONG.

L’écriture si poétique de Lyonel Trouillot nous entraîne dans la révolte et la désespérance du peuple haïtien.

Annick Mellerio

Éditions Actes Sud – 2016 – 208 p.

Sur Haïti aux Éditions Quart Monde : Ravine l’Espérance