Eccofor : objectif zéro jeune en échec

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Chaque année, 90 000 adolescents sortent de l’école prématurément, sans qualification ni diplôme. Pour lutter contre ce phénomène, Eccofor, École de production installée à Dole, dans le Jura, accueille une quinzaine de jeunes en situation de grande précarité ou d’exclusion pour les former à un métier.

Nous sommes partis de rien il y a un peu plus de 10 ans. Mais nous avions la conviction qu’il fallait trouver une solution pour offrir une formation à des jeunes décrocheurs scolaires et leur faire découvrir un métier”, explique Jean-Yves Millot, directeur d’Eccofor. Cet instituteur découvre en 2011, avec Annie Millot, enseignante, et Claude Chevassu, gérant d’entreprise dans le domaine du pneumatique, le cadre original des Écoles de production. Ensemble, ils créent Eccofor, pour ÉCouter, COmprendre, FORmer.

Aujourd’hui, l’école, avec ses 7 salariés et sa trentaine de bénévoles, accueille chaque année 18 jeunes de 15 à 18 ans. Un peu moins de la moitié sont des jeunes mineurs non accompagnés ou en attente de titre de séjour, arrivés principalement d’Afrique subsaharienne. Les autres, dont certains sont issus de la communauté des gens du voyage, sont en situation de décrochage scolaire dans le système français. L’école propose deux filières de formation, pneus et service, qui permet aux élèves d’obtenir un diplôme délivré par l’Afpa, et métallerie, qui forme les jeunes en deux ou trois ans au CAP de serrurier métallier.

Confiance et coopération

Nous mettons l’accent sur la confiance et la coopération”, explique Jean-Yves Millot. “Certains élèves mettent parfois 6 mois pour entrer dans une relation de confiance avec un adulte.” À la fois école, où l’on apprend la technique mais aussi le français et les maths, et entreprise qui doit répondre à la commande de clients, Eccofor souhaite également “ouvrir l’esprit des jeunes”. Les élèves participent ainsi chaque semaine à un atelier philo, créent, avec un artiste, des œuvres qu’ils exposent parfois au musée de Dole, apprennent à s’exprimer en assemblée générale… “Pour s’intégrer et vivre dans la société française, il faut avoir une connaissance de soi, de ce qui me nourrit et avoir la capacité d’écouter les autres. Nous leur montrons aussi que, même avec des objets qui devaient être jetés au rebut, comme des bouts de ferraille ou des vieux pneus, on peut faire de belles choses. C’est intéressant de leur montrer qu’ils peuvent être créateurs”, détaille Jean-Yves Millot.

Reconnue par la Fédération nationale des Écoles de production, Eccofor est, depuis 2015, “projet pilote associé” d’ATD Quart Monde. L’école a pour objectif d’intégrer à la rentrée 2020 un nouveau bâtiment, “plus spacieux, qui réunira les deux activités sur un même site”, indique son président, François Foucquart. Elle souhaite également attirer davantage de filles et développera peut-être, dans les prochaines années, une troisième filière d’ouvrier-viticole. L’équipe dirigeante prépare par ailleurs son renouvellement d’ici deux à trois ans et réfléchit d’ores et déjà à la manière de “faire en sorte que les valeurs du début perdurent”. Il s’agit chaque jour d’inventer de nouvelles solutions avec les plus éloignés de la qualification et de l’emploi, pour qu’aucun jeune n’ait plus que l’échec comme seul horizon. Julie Clair-Robelet

 

Les Écoles de production

Les Écoles de production existent depuis plus de 130 ans. Il y en a aujourd’hui 33 en France qui proposent à des jeunes de 15 à 18 ans des formations qualifiantes. Leur principe est d’apprendre en produisant dans les champs de l’industrie, de la restauration, de l’automobile, des métiers du bois, de la construction, des métiers paysagers et du digital. Les jeunes, accompagnés de leurs enseignants « maîtres professionnels », répondent à des commandes passées par des clients, particuliers ou industriels. Les taux de réussite aux examens sont en moyenne de 90 % et les taux de placement en entreprises avoisinent les 100 %.

 

 

 

Pour en savoir plus, commander le livre Zéro jeune en échec. Eccofor, une école de production pour la réussite de tous sur le site des Éditions Quart Monde

 

 

Cet article est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de janvier 2020.

Photos : Kara, élève à Eccofor, décembre 2019 © Carmen Martos, ATDQM

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 63%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter