P.6 le 10 mai 2019, les résultats de la recherche internationale sont présentés à l'ocde en présence des militants quart monde et des chercheurs y ayant participé © carmen martos

Dimensions cachées de la pauvreté : la construction d’une parole collective est « un long parcours »

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaque mois dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

L'équipe, composée de militants quart monde et de chercheurs, ayant participé à la recherche sur les dimensions cachées de la pauvreté en france © atd quart mondeDe 2017 à 2019, ATD Quart Monde et l’Université d’Oxford se sont donné pour mission de faire connaître et reconnaître les dimensions cachées de la pauvreté, pour mieux la comprendre, et mieux la combattre. Un travail de longue haleine qui a conduit des chercheurs, des professionnels du travail social et des personnes en situation de pauvreté de six pays à construire ensemble une parole collective.

“Je ne m’attendais pas à ça, mais je me suis pris au jeu”, affirme Abdel Bendjaballah, militant Quart Monde, lorsqu’il évoque les trois années de travail sur les Dimensions cachées de la pauvreté. De 2017 à 2019, il a participé à la recherche participative internationale menée par ATD Quart Monde et l’université d’Oxford dans six pays. Aux côtés de professionnels du travail social apportant leur savoir d’action, et de chercheurs venus avec leur savoir académique, il a pu partager son savoir du vécu en tant que personnes ayant l’expérience de la pauvreté.

Ce travail collectif n’a pas toujours été simple. “Quand on a commencé, on avait une appréhension. Nous pensions qu’à côté des chercheurs, nous n’étions rien. Ils avaient tendance à chipoter sur tout et cela nous déstabilisait. Il y avait toujours un ‘mais’ dans leurs phrases, qui nous obligeait à recommencer”, se souvient-il.

Enseignante-chercheuse à l’Institut Catholique de Paris, Elena Lasida évoque aujourd’hui les mêmes craintes ressenties au début de l’aventure. “C’est en général beaucoup plus facile de parler avec les gens avec lesquels on travaille de la même manière, on parle avec les mêmes mots. Quand on est face à quelqu’un de différent de soi, on peut avoir tendance à être sur la défensive. Il y a eu des a priori et des méfiances qui se sont déconstruits progressivement et ont fait place à la confiance. Peu à peu, on s’est accueilli mutuellement”, précise-t-elle. La chercheuse constate que le résultat final “est sans doute très différent de ce que nous aurions produit si nous avions travaillé seuls de notre côté”. Cette construction d’une parole collective à partir de savoirs différents est “un long parcours” et elle n’est possible “que si chacun accepte de lâcher un peu prise”, précise-t-elle.

Trouver des réponses communes

Dès le début, le terme “combat” a par exemple provoqué de nombreux débats. “Les chercheurs ne voulaient pas retenir ce mot. Il nous semblait trop militant, dans l’action”, détaille Elena Lasida. Mais, après de nombreuses discussions, les participants ont compris qu’ils n’entendaient pas la même chose derrière ce mot. “Nous avons réussi à nous mettre d’accord et à retenir ce terme, non dans le sens d’une action militante en vue d’un objectif, mais parce qu’il disait quelque chose de fondamental sur l’expérience de la pauvreté : le quotidien est un combat. Cela mettait en avant la question de la survie, mais aussi la capacité de résistance”, explique-t-elle.

“Ce n’est pas la peine de se mettre ensemble autour d’une table si on est tous d’accord. C’est le jeu du dialogue. Il faut essayer d’expliquer ses positions et trouver des réponses communes pour faire avancer les combats”, constate Abdel Bendjaballah. Il se remémore les longues séances de travail, en groupe de pairs, puis avec les autres participants français, mais aussi le rassemblement pendant une semaine avec les membres des autres pays. “Parfois, on a travaillé avec 1 200 post-it sur les murs, c’était très compliqué. On était surpris de voir que des éléments que nous avions jugés très importants en France, semblaient totalement futiles ailleurs, même si la pauvreté est la même”, souligne-t-il.

Les huit dimensions cachées de la pauvreté identifiées en France à l’issue de la recherche ont finalement été validées par toutes et tous et présentées notamment aux membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en 2019. “Avant, c’était vague ce qu’était la pauvreté, on la définissait de manière assez globale. Aujourd’hui, on peut expliquer les dimensions point par point”, se réjouit Abdel Bendjaballah.

La vraie révolution est dans le “faire avec”

Ce travail collectif n’est aujourd’hui pas terminé. “Chacun de nous s’approprie ce résultat. Nous avons fait un article scientifique pour valoriser cette construction commune. Nous expliquons comment, en tant que chercheurs, nous avons été déplacés dans nos connaissances et ce qu’apporte cette méthode du Croisement des savoirs. La vraie révolution, c’est dans le faire avec, mais c’est extrêmement difficile”, détaille Elena Lasida. Elle constate que, “dans le monde des chercheurs, il y a des critères prédéfinis de validation : pour que le travail soit vraiment scientifique, il faut que ce soit fait par des chercheurs, avec leurs codes”. Cette recherche vise donc aussi à bousculer ces conventions et à montrer que la connaissance peut se construire avec des savoirs multiples.

Abdel Bendjaballah, lui, “ne loupe jamais une occasion de parler de cette recherche menée par une équipe soudée, qui travaillait sur un pied d’égalité”. “C’est un travail âpre. On sait qu’on avance peu à peu, mais on a parfois l’impression qu’on ne fait rien. J’ai envie d’aller plus loin, plus fort et d’ouvrir les portes l’une derrière l’autre”, conclut-il.

Cet article est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de juillet-août 2024.

Photos : Le 10 mai 2019, les résultats de la recherche internationale sont présentés à l’OCDE en présence des militants Quart Monde et des chercheurs y ayant participé © Carmen Martos. / Les militants Quart Monde, volontaires permanents et chercheurs ayant participé à la recherche sur les dimensions de la pauvreté en France. © ATD Quart Monde

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 64%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter