[Coronavirus] “Corona, corona, ça rend fou le corona”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Mme A. Hafiza habite à Lyon 8ème, elle est d’origine algérienne. Elle est une habituée des Universités populaires Quart Monde. Elle aime dénoncer des injustices, aimerait participer à la création d’un monde plus juste. Elle nous donne son témoignage sur sa vie actuelle.

Au début j’étais très angoissée par le virus. J’étais triste. Ça n’allait vraiment pas. J’avais entendu dire qu’il se propageait dans l’air, que le vent l’emportait. J’avais vraiment peur pour mon mari et mes enfants. Je refusais qu’on sorte dehors, même d’aller sur le balcon.

Avec le temps, doucement, j’ai commencé à sortir. Je me suis mis un masque et je sors faire les courses. Je mets aussi un gant pour la main que j’utilise, pour l’ascenseur. C’est pour ne pas gaspiller les gants. On n’a pas de masque, pas de gant, monsieur le président, on n’a rien. Maintenant je sors aussi des fois avec mon mari le soir. Ça dépend des jours. Des fois je suis bien, des fois j’ai le stress.

Ce mois, j’ai touché moins d’allocations familiales mais je ne sais pas pourquoi alors que j’ai entendu à la télé comme quoi on ne payerait pas le loyer, l’électricité non plus et en fait on a payé. Est-ce que c’est vrai ou non?

Heureusement mon mari est parti au bled cet hiver et il a ramené un peu tout ce dont on a besoin. Je n’ai pas beaucoup de courses à faire.

Mon mari est au chômage. Lui qui est d’une nature gaie, depuis le confinement, il est malade. Le médecin lui a dit que ce n’était pas le coronavirus mais le stress. Mais il va toujours mal. Il n’est vraiment pas bien. Il reste à part dans la journée. Il ne mange pas, il ne dort plus la nuit. Il vit très mal de devoir rester à la maison et il cherche du travail coûte que coûte. Dès que les enfants s’agitent un peu, il leur dit qu’il n’est pas bien, qu’ils doivent arrêter. Il n’est vraiment pas dans son assiette. Le fait de ne pas pouvoir aller faire la prière nous manque aussi beaucoup. Je suis très inquiète pour lui.

Pour les enfants aussi au début ça a été très difficile avec les devoirs qu’ils ne comprenaient pas, avec Internet qui ne marchait pas, avec le manque d’habitude. J’étais perdue. Je devais aller au collège plusieurs fois par jour pour demander comment faire. J’ai trois garçons et même si nous avons un ordinateur et deux téléphones, avec les problèmes d’Internet, nous ne pouvons faire fonctionner qu’une seule chose à la fois. Après ,on s’est organisé à la maison et avec les professeurs pour qu’ils nous aident soit par mail soit au téléphone.

Petit à petit on a pris l’habitude. Nous avons aussi l’aide du responsable jeunesse du centre social, surtout pour les grands avec qui j’ai plus de problèmes. Pour le deuxième, on peut demander de l’aide à la maman de son copain mais lui, il se débrouille plutôt bien. Le dernier n’arrivait pas à faire son travail avec l’ordinateur. Depuis que je l’ai dit à sa maîtresse elle lui imprime le travail à faire et je vais les chercher à l’école. Si je ne peux pas y aller les maîtresses se sont organisées entre elles pour les déposer dans nos boîtes à lettres.

Mais mes enfants ils préfèrent cette situation plutôt qu’aller à l’école. Ils sont heureux, contrairement à nous.

En ce moment je peux passer du temps avec mes enfants. D’habitude je n’ai pas le temps de les voir. Là je passe toute la journée avec eux et je connais mieux leur mentalité maintenant. J’ai découvert chez l’un deux une sensibilité que je n’imaginais pas. Par exemple, il a peur pour nous. Je passe aussi beaucoup de temps dans la cuisine pour leur faire de bons plats. Même mon mari a changé. Il s’inquiète plus de la religion. Parce qu’il a le temps. Il parle avec sa famille tous les jours. Il fait même des fois la cuisine. Il m’aide. Je pense qu’on tire un bien de cette épreuve. Dans le milieu des arabes que je fréquente je constate le développement de solidarités qui n’existaient pas avant. Chacun s’inquiète de la situation des autres, renoue avec des membres de sa famille avec qui ils avaient perdu le contact. On s’inquiète de la situation des voisins, s’ils ont faim, s’ils veulent qu’on leur fasse des courses.

Beaucoup de choses ont changé à cause du corona. Beaucoup de gens qui ne me parlaient pas s’inquiètent de moi. On a le temps pour penser. La maladie est venue, elle a fait peur aux gens. On pense à la mort et à ce qu’on voudrait faire avant si ça nous arrivait. C’est une maladie qui a fait peur à tout le monde, jusqu’au président. On en parle en famille. Quand on fait la prière, on demande une bonne santé pour tout le monde. Avant je ne posais pas la question de savoir si mon frère avait faim. Et maintenant on pense à lui, on se dit il ne travaille pas, il n’a pas d’argent, il faut qu’on l’aide.

Le problème c’est que les gens changent en ce moment à cause de la maladie mais ça risque de ne pas durer après.

J’ai fait une chanson  qui dit :

Corona, corona Beltina  corona….

Y en a marre y a Corona

Corona, corona, ça rend fou le corona

Mais moi je sais qu’un jour, ce virus, il va partir. Je garde donc l’espoir toujours en moi.

 Pour témoigner et nous raconter comment vous vivez cette période de confinement, n’hésitez pas à réagir à nos publications sur les réseaux sociaux ou à nous contacter par mail à :

solidarites.coronavirus@atd-quartmonde.org

 

Photos : Dessins réalisés pas Y. Petit

 

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 69%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter