À voir en novembre 2023

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

La chronique de  Laure Olivier et Bella Lehmann-Berdugo

 

Par la fenêtre ou par la porte

Documentaire de Jean-Pierre Bloc, avec Ariane Ascaride. Sortie le 8 novembre.

« Je suis là pour produire l’amnésie, vider les cerveaux des valeurs du service public. » C’est ainsi que s’installe en 2005 à France Télécom, le management par la peur. Pour des motifs de rentabilité, 22 000 fonctionnaires sont déclarés en trop. Il faut qu’ils partent, « par la fenêtre ou par la porte ». On casse, on fracasse, on chamboule tout. La peur est là, les gens vont mal, la dépression est générale. 1 suicide, puis 2, puis 3, il en faudra 23 pour qu’enfin la justice soit saisie. Un procès pour harcèlement commence en 2019. Plusieurs responsables sont condamnés à de la prison ferme et certaines victimes sont indemnisées. En appel, la condamnation est confirmée, mais plus de prison, et les indemnités revues à l’euro symbolique. Ce film raconte une histoire du passé qui ne laisse pas beaucoup d’espoir pour l’avenir. « Le plus fort restera le plus fort. »

Je vous salue, salope – La misogynie au temps du numérique

Documentaire de Léa Clermont-Dion et Guylaine Maroist. Sortie le 4 octobre.

Une américaine, députée du Vermont, une canadienne enseignante en primaire, une française, scénariste blogueuse, et une italienne, présidente de la chambre des députés, parlent. Avec conviction, émotion et douleur, elles parlent. De leurs valeurs féministes, des choix qu’elles ont fait pour les défendre et les partager. Elles parlent aussi de la haine que leurs engagements ont soulevée sur les réseaux sociaux, chez certains hommes politiques et leurs acolytes. Injures, menaces de viol et de mort, rien ne leur est épargné. La parole venimeuse est complètement libérée sans possibilité légale ni volonté politique de la freiner. Ces femmes, contraintes de vivre dans la crainte, persévèrent pourtant, non sans se questionner sur ce que sera l’avenir quand elles voient tous ces jeunes aimer vivre dans la fiction des réseaux avec leurs mensonges et leur violence. L’ultime claque de ce documentaire est celle d’un enfant de quatre ans à peine, couché dans son lit, c’est la nuit et il joue avec son portable.

 

Abbé Pierre, une vie de combats

Frédéric Tellier. France. 2h20. Sortie le 8 novembre.

Henri Grouès (Benjamin Lavernhe, très investi), issu d’une famille bourgeoise, de constitution fragile doit renoncer à entrer dans les ordres au monastère des Capucins. En 1942, il est néanmoins mobilisé dans la Maurienne, il sera résistant dans le maquis du Vercors, nom de guerre Abbé Pierre. Il y rencontre Lucie Courtaz (remarquable Emmanuelle Bercot) qui sera la cheville ouvrière de ses actions. On le retrouve député à l’Assemblée Nationale, où il se bat pour des salaires décents. Il crée une maison d’accueil pour  “des gens qui n’ont plus d’espoir”. A leur demande ils se constituent en association, la première communauté Emmaüs est née. Son action : faire de la récupération et la revendre. Il se heurte fréquemment aux pouvoirs publics. Puis ce sera l’appel à Radio Luxembourg à l’hiver 1954, puis des  “centres de dépannages”, puis des cités d’urgence. “Rien n’arrête l’insurrection de la bonté, de la justice, de la colère.” L’Abbé Pierre s’épuise, rien n’arrête ses idéaux. Véritable tribun il manie les formules : “Sortons de la torpeur qui nous écrase” à une époque sans réseaux sociaux, sans multiplication des médias. Jusqu’à la fin, l’homme s’interroge inlassablement sur sa légitimité, sur la portée de ses actions. L’un des premiers à regarder chacun au-delà des a priori, sans jugement et à donner la parole aux sans-voix. Un biopic très fourni, avec des longueurs, des scènes parfois surchargées de musique, mais tout à fait pédagogique pour les jeunes générations, à l’heure où la surinformation brouille les idées, asphyxie les initiatives.

Retrouvez ici d’autres films conseillés par Bella Lehmann–Berdugo

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 66%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter