Entrez votre recherche ci-dessous :

Jacques-René Rabier, fonctionnaire-militant au service d’une certaine idée de l’Europe

Jacques-René Rabier, fonctionnaire-militant au service d’une certaine idée de l’Europe

Biographie d'un fonctionnaire européen qui n'a eu de cesse de favoriser la rencontre des citoyens pour qu’ils puissent eux-aussi contribuer à cette grande aventure de l’unité européenne.

Cette biographie de Jacques-René Rabier permet de reprendre conscience des idéaux portés par ceux qui ont voulu bâtir l’Europe dès la fin des années 1940. Construire une « union institutionnalisée des peuples d’Europe » était la seule façon réaliste d’amener une paix durable et de réconcilier des hommes et des femmes marqués par ce que Jacques-René Rabier appelle « l’absurdité des guerres civiles intra-européennes ».

Ce fonctionnaire a eu un rôle central dans l’information des institutions européennes nées de la Communauté européenne du charbon et de l’acier et comprises maintenant dans l’Union européenne. S’attachant à la formule de Jean Monnet (dont il a été le directeur de cabinet à Paris et à Luxembourg) : « Nous ne coalisons pas des États, mais nous unissons des hommes », il conçoit sa mission non seulement comme celle d’informer les responsables politiques, économiques et sociaux sur l’action de la Communauté européenne, mais aussi celle de favoriser l’information et la rencontre des citoyens pour qu’ils puissent eux-aussi contribuer à cette grande aventure de l’unité européenne. Pour lui, informer c’est susciter un débat, non diffuser une communication unilatérale.

C’est ainsi qu’il va, avec un petit groupe de fonctionnaires qui partagent ses convictions et son énergie, ouvrir la Communauté européenne naissante à de nombreux groupes de citoyens : l’ensemble des syndicats malgré leurs différends idéologiques, les milieux agricoles, les associations de consommateurs, les milieux féminins, les jeunes et organisations de jeunesse, les jeunes travailleurs, les jeunes chercheurs sur des sujets européens, les milieux universitaires, l’éducation des adultes, etc. Ce fonctionnaire-militant, Directeur général de l’information de la Commission européenne, veut que les Européens qui ont des choses en commun, qui sont confrontés à des problèmes et difficultés identiques apprennent à se connaître, à se parler et « si possible à agir ensemble ». Ces échanges ont tous été suivis jusqu’à maintenant de politiques et de programmes européens importants.

Le dernier chapitre de ce livre s’intitule « La personne » et illustre notamment l’engagement de Jacques-René Rabier dans le mouvement ATD Quart Monde. Il découvre, à travers son collaborateur et ami Robert Pendville, la réalité de la misère au cœur de l’Europe et l’ambition de Joseph Wresinski pour la libération des plus pauvres. En 1972, il suscite la première rencontre entre ATD Quart Monde et un commissaire européen, puis ne cessera d’accompagner l’engagement des institutions européennes dans la lutte contre la pauvreté. Lorsqu’il quitte toute fonction dans la Commission européenne, il rejoint Robert Pendville et Paul Collowald (Directeur général honoraire de l’information du Parlement européen) à la délégation d’ATD Quart Monde auprès de l’Union. Tous les trois y excellent à permettre la rencontre entre les personnes en grande pauvreté de toute l’Europe et les responsables européens pour que chacun puisse contribuer à une Europe de la confiance et des droits de l’homme, née du refus de la misère.

Olivier Gerhard

Éd. P.I.E. Peter Lang (Bruxelles) – 2017 – 185 p.

Compte rendu publié dans la Revue Quart Monde n° 243.