Rencontres du refus de la misère – Développer le pouvoir d’agir est une question de “choix politique”

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère, ATD Quart Monde organisait samedi 16 octobre une table ronde intitulée “Participation citoyenne et développement du pouvoir d’agir” à la Maison de la radio et de la musique, à Paris.

Pour la dernière Rencontre des refus de la misère avant le 17 octobre, la thématique du “pouvoir d’agir” était au centre des débats. Les intervenants ont ainsi pointé le pouvoir d’agir des personnes en situation de pauvreté, qui peut-être  “le pouvoir de dire non, la capacité de résister, de se mettre avec d’autres”, pour Évelyne Dubois, militante Quart monde ; mais aussi le pouvoir d’agir des décideurs. “La pauvreté n’est pas une fatalité, c’est le résultat de choix ou de non choix politiques. Quand on veut faire des choses qui bousculent l’ordre établi, qui est celui de la prédation des richesses par quelques-uns, ça dérange”, a ainsi souligné Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France. Souhaitant “insuffler un peu de révolte”, l’ancienne ministre du Logement a souligné la nécessité d’une “redistribution des richesses”.

Un constat partagé par Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT et administrateur du Bureau international du travail, pour qui “on ne peut prétendre éradiquer la pauvreté sans agir sur la réduction des inégalités de revenus”. Constatant l’augmentation du nombre de “travailleurs pauvres”, il a notamment rappelé qu’aujourd’hui, dans le monde, “six emplois sur dix sont dans l’économie informelle, 800 millions de travailleurs gagnent moins de 2 dollars par jour et 53% de la population n’a aucun système de protection sociale”.

Renversement de la responsabilité

Ancien maire de Grande-Synthe aujourd’hui député européen EELV, Damien Carême a tenu à montrer qu’un maire pouvait, par ses choix politiques, avoir un réel impact dans la lutte pour permettre une vie digne à chacun. “Ce n’est pas le logement social qui crée des problèmes, c’est le revenu des gens. Un maire peut décider de faire du logement social. Je ne voulais plus qu’une seule personne dorme dans la rue. C’est possible. C’est une question de choix politique.”

La pauvreté finit par te faire croire que tu n’es pas un citoyen à part entière. Vivre dans la pauvreté, c’est avoir une étiquette sur le front”, a précisé Évelyne Dubois, en rappelant l’étude présentée notamment par ATD Quart Monde sur les “dimensions cachées de la pauvreté. Nicolas Duvoux, sociologue et président du Comité national de lutte contre les exclusion, a pour sa part constaté “un mécanisme de renversement de la responsabilité, qui fait que les plus modestes sont considérés comme responsables de leurs situation”. Cela passe notamment par le biais de l’emploi, qui “reste une condition pour s’inscrire dans la société, trouver une place et accéder à une forme de reconnaissance. Mais ce sésame est aujourd’hui inaccessible à une partie croissante de la population”.  Alors qu’un accompagnement dédié et personnalisé pour chaque personne en situation d’exclusion est “une obligation légale, la société ne l’a jamais rendue pleinement effective. Elle met donc des personnes dans l’incapacité d’exercer leurs droits, tout en  les confrontant à des discours culpabilisants”, a détaillé le sociologue.

 

Retrouvez les autres tables rondes organisées dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère.
Photo : Evelyne Dubois, Marie-Aleth Grard, Alexandra Schwartzbrod, Damien Carême et Thomas Lesueur, le 16 octobre 2021 à la Maison de la radio. © Carmen Martos

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 66%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter