Les droits culturels permettent “l’effectivité” de tous les droits

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Une cinquantaine de membres du réseau Wresinski Culture se sont retrouvés en visioconférence le 14 juin pour une table-ronde consacrée à la dimension culturelle au sein des différents droits fondamentaux.

Dans le cadre de quatre rencontres organisées en visioconférence au cours des mois de mai et juin, le réseau Wresinski Culture s’est attaché à “faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé, mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun”. Trois thèmes ont ainsi été choisis afin de montrer les liens étroits entre ces droits fondamentaux et les droits culturels : l’alimentation, la santé et le logement.

Si on néglige la dimension culturelle de droits comme l’alimentation, le logement ou la santé, on ne les met pas vraiment en œuvre et cela conduit finalement à un échec”, a ainsi constaté Mylène Bidault. Docteur en droit et membre du Haut-commissariat aux Nations Unies pour les droits de l’Homme, elle était chargée de faire la synthèse des trois premières rencontres. Elle a ainsi rappelé que les droits culturels sont “les droits de toute personne d’exprimer une identité, de développer une humanité, une vision du monde par l’intermédiaire des connaissances, des savoirs, des modes de vie, des institutions, des arts, des langues… C’est aussi le droit d’accéder aux ressources et patrimoines culturels qui permettent ce processus d’identification et de développement.”

“Participer avec ses aspirations et sa compréhension du monde”

Faire respecter ses droits, quels qu’ils soient, c’est “avoir le droit de s’exprimer, d’exprimer son identité, sa vision du monde” et cela nécessite donc d’avoir “le droit d’être entendus et respectés dans son identité”. Pour Mylène Bidault, cela passe par “l’écoute” et par la possibilité de “faire émerger et de partager les savoirs”. Mais cette écoute et cette participation active sont trop souvent des étapes qui ne sont pas réellement prises en compte par les institutions. “Participer, ce n’est pas seulement donner son avis, c’est dire, mais c’est aussi faire et c’est décider, c’est accepter de déboucher sur un vrai pouvoir d’agir, individuel et collectif. Le cœur des droits culturels, c’est de participer avec les ressources qui sont les miennes, et celles dont je peux me saisir, avec mes aspirations, ma compréhension et ma vision du monde”, a-t-elle rappelé.

La juriste a donc recommandé “d’abandonner toute position descendante de celui qui sait, mais aussi de celui qui aide. C’est parfois extrêmement douloureux, parce qu’on pense qu’on fait bien et, en fait, on se trompe, parce qu’on n’a pas écouté, pas entendu et pas respecté la personne dans ses aspirations”.

Le “rouleau compresseur” de l’universalité

Les droits culturels permettent ainsi “l’effectivité” de tous les droits, a-t-elle par ailleurs expliqué. “Le droit de vivre, ce n’est pas un droit de l’Homme. Ce qui est un droit de l’Homme, c’est le droit de vivre dignement. Et cela est vrai pour tous les droits. Qui peut définir la dignité, si ce n’est la personne concernée ? Elle se définit forcément par le bas, dans toute sa diversité des aspirations de chacun.” De même, l’universalité des droits, si elle s’impose “par le haut” et de la même manière pour tous, ressemble à “un rouleau compresseur”. Les droits culturels, en faisant émerger les aspirations de chacun, sont ainsi “des leviers pour la réalisation des autres droits”.

Pour Luc Carton, philosophe, il est donc aujourd’hui essentiel de “ne pas se laisser intimider par les droits culturels, car il s’agit de reconnaître que les humains sont chacun, seul et en commun, interprète du monde et nous avons besoin de chacun pour interpréter le monde et le faire avancer”.

 

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 69%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter