Le volontariat, un engagement pour planter sa rébellion au cœur de la pauvreté

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Depuis 1957, ATD Quart Monde propose un engagement audacieux : le volontariat permanent. Des femmes et des hommes choisissent de rejoindre, dans la durée, les populations les plus pauvres pour participer à la construction d’un monde plus juste.

Le volontariat est “une chance à proposer aux jeunes qui sont à la recherche d’une cause qui vaille la peine de se dépasser”. Ces mots ont été prononcés en 1982 par le fondateur d’ATD Quart Monde, Joseph Wresinski. Dès 1957, il a réuni autour de lui, dans le bidonville de Noisy-le-Grand, des personnes souhaitant s’engager à temps plein et sur le long terme aux côtés des familles les plus exclues : les volontaires permanents. Ils sont aujourd’hui près de 350 dans le monde, mais aucune définition précise de cet engagement n’a été gravée dans le marbre. “Tu construis petit à petit ton chemin de volontaire. C’est un schéma d’apprentissage, dans lequel tu donnes et tu reçois beaucoup”, explique Karol Lainez, responsable de l’accueil et de la formation des nouveaux volontaires.

Les premiers volontaires, souvent célibataires, étaient simplement nourris et logés. Mais, dès 1964, Joseph Wresinski a souhaité leur donner davantage de sécurités pour durer dans l’engagement. Les volontaires ont alors commencé à recevoir une indemnité, ont eu une fiche de paie et ont été inscrits à la sécurité sociale. Au fil des décennies, le volontariat s’est adapté à la société. Les volontaires sont aujourd’hui nombreux à être en couple avec des personnes non engagées dans le Mouvement et sont originaires de 37 pays.

Une vie simple

Quelle que soit sa responsabilité au sein d’ATD Quart Monde, le ou la volontaire reçoit la même indemnité. Selon le pays dans lequel il travaille, cette indemnité est calculée sur la base du salaire minimum du pays concerné. L’objectif de cette “vie simple” n’est pas de “faire en sorte que le volontaire soit dans la galère, mais d’être le plus près possible de la réalité des personnes en situation de pauvreté, de ne pas être déconnecté de ce dont elles parlent”, poursuit Karol Lainez.

Aucune compétence particulière n’est demandée. Le seul prérequis est d’avoir réalisé une formation ou d’avoir une expérience de travail avant de rejoindre le volontariat “pour avoir la liberté de partir si cela ne convient pas”, précise-t-elle. Pour les volontaires français, les deux premières années de découverte du volontariat se déroulent en général en France, “pour mieux connaître ce qu’est la misère dans son pays et se former, avant de partir peut-être à l’étranger”, détaille Karol Lainez.

Des missions variées

L’engagement peut revêtir des formes extrêmement variées. Les volontaires peuvent ainsi vivre “en présence”, c’est-à-dire dans un quartier populaire, afin de rencontrer les personnes les plus éloignées de la vie du quartier et de leur permettre de sortir de leur isolement et d’accéder à leurs droits. Leur objectif est également de faire le lien avec les associations du quartier, la bibliothèque, le centre social, les institutions…. Ils peuvent également mener des actions avec les enfants, comme les Bibliothèques de rue, organiser des activités avec des jeunes, accompagner des familles dans leurs démarches administratives, proposer des actions culturelles ou des permanences d’accès aux droits au sein des Maisons Quart Monde présentes dans de nombreuses villes, représenter le Mouvement dans des institutions, animer des Croisements des savoirs et des pratiques avec des militants Quart Monde et des professionnels…

D’autres assurent des missions de support pour mener à bien des tâches administratives ou logistiques. “Chaque étape de l’engagement se construit selon les besoins des personnes à tel ou tel moment de leur vie. Des temps réguliers sont prévus pour permettre aux volontaires de se former et de questionner leur engagement…”, souligne Karol Lainez. La disponibilité reste un critère primordial, tout comme la nécessité de travailler en équipe.

Si la découverte du volontariat dure deux ans, les missions proposées ensuite sont en général de quatre ou cinq ans. “Nous cherchons à créer un mouvement et non un lien exclusif avec un volontaire. Le risque est de s’enfermer dans des manières d’être, donc il est important de renouveler les personnes, les idées…”, explique Karol Lainez. Pour elle qui a commencé son volontariat au Guatemala en 2006, le volontariat est “une richesse incroyable, grâce à la relation humaine que tu parviens à créer avec les personnes”.

Le volontariat en chiffres

324 volontaires étaient actifs au 31 décembre 2022, originaires de 37 pays.

28 pays accueillent des volontaires permanents.

109 volontaires le sont depuis moins de 10 ans et 41 depuis moins de deux ans.

800 euros d’indemnité par mois. C’est ce que reçoit chaque volontaire en France à partir de la 2e année d’engagement, ainsi qu’une aide au logement et une aide pour chaque enfant.

3 week-ends de découverte du volontariat par an sont organisés, fin septembre, fin janvier et mi-avril pour permettre de dialoguer avec des volontaires, réfléchir à l’engagement et au combat contre la grande pauvreté.

Cet article est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de février 2024.

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 66%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter