« Avoir toujours le souci de ceux qui restent derrière »

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaques moi dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

Dans plusieurs groupes locaux, des membres d’ATD Quart Monde se mobilisent pour faire en sorte que « tout le monde avance, même ceux qui sont marginalisés ».

Depuis huit ans, des membres de l’équipe d’ATD Quart Monde à Marseille suivent les familles roms de squat en squat, au gré des expulsions. Leur présence chaque samedi, quel que soit le temps, leur a permis de tisser des liens de confiance avec les familles. Toute l’équipe se mobilise pour les associer aux négociations avec les institutions dans le cadre de la politique de résorption des bidonvilles. “Nous avons mené une enquête auprès des parents pour savoir ce qu’ils souhaitaient. Beaucoup ont exprimé leur peur d’être rejetés ou menacés s’ils étaient relogés en appartement”, détaille Guillemette, alliée du Mouvement.

Aux côtés des autres associations présentes dans les squats, “ATD Quart Monde porte la nécessité de faire en sorte que tout le monde avance, même ceux qui sont marginalisés, qui pourraient être ignorés. Il est important de ne pas parler qu’avec le chef du squat, par exemple, mais d’avoir toujours le souci de ceux qui restent derrière”, précise-t-elle.

Élan de solidarité

Ce même souci anime les membres de la Bibliothèque de rue de Bordeaux, qui s’installaient depuis 2019, tous les samedis, sous un arbre du squat de la “Zone libre”. En février dernier, ils ont assisté, “complètement impuissants”, à l’expulsion de ce lieu où vivaient 80 familles. Alors que beaucoup d’habitants du squat travaillaient ou étaient scolarisés dans les environs, seules des solutions d’hébergement d’urgence temporaires, souvent éloignées de Bordeaux, leur ont été proposées.

Face à cette situation, Fabienne, alliée d’ATD Quart Monde, a constaté un élan de solidarité. “De nombreuses personnes ont hébergé ces familles, beaucoup d’enseignants se sont mobilisés pour les enfants. C’est une touche d’optimisme dans ce moment difficile”, se souvient-elle. Elle-même a choisi d’accueillir, pendant quelques semaines, une famille présente en France depuis sept ans. “Ce fut une expérience très riche.”

Grâce à sa proximité avec les habitants du squat, l’équipe d’ATD Quart Monde a réussi à garder des liens avec un grand nombre d’entre eux. Une nouvelle Bibliothèque de rue a été mise en place à Darwin, lieu alternatif de Bordeaux, où certaines familles ont été relogées. “Les enfants étaient tellement heureux de nous revoir. Pour eux, nous sommes comme des taties. Cela dépasse le cadre de la simple lecture du livre”, détaille Fabienne.

Changement de regard

Militant Quart Monde à Colmar, Jordan, 23 ans, a quant à lui changé de regard sur les personnes fuyant leur pays pour venir en France. “Je pensais que les migrants venaient pour avoir un toit et à manger. C’était déjà plus que ce que j’avais moi”, explique-t-il. Mais, au sein du groupe jeunes, il apprend à connaître un autre membre, dont la demande d’asile a été rejetée et qui se retrouve sans domicile.

J’ai compris qu’on était tous les deux dans une galère. Tout ce qu’il voulait, c’était travailler, payer des impôts et être regardé comme les autres jeunes.” Lui qui connaît bien la ville appelle toutes ses connaissances, sans succès. “J’ai voulu l’aider comme je pouvais, mais je n’ai pas trouvé de soutien. J’aurais aimé faire plus”, affirme le jeune homme, frustré par la situation. Mais cette rencontre a définitivement changé son jugement sur “les galères des autres, qu’ils soient Français ou non”. Julie Clair-Robelet

Cet article est issu du Journal d’ATD Quart Monde de novembre 2021.

Photo : La Bibliothèque de rue dans un squat de Marseille. © M. Lemaire

Laisser un commentaire

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 67%

0%

Ceci fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter