Accueil
>
Livres
>
Jeunesse
>
Combattre l’exclusion
Combattre l’exclusion
DE
Damien-Guillaume AUDOLLENT, Daniel FAYARD
nombre de pages :
64
|
prix :
5,00 TTC
|
isbn :
2-84113-959 X
éditeur :
date de parution :
2002 (2e édition)
thème(s) :

Organisé en doubles-pages qui permettent une lecture transversale, nourri de citations récentes, agrémenté de photos et d’illustrations, ce livre présente une vue globale de l’exclusion, de nombreuses pistes pour mieux la connaître et agir afin que les plus démunis deviennent eux aussi acteurs d’une société plus juste.

description

Précarité, chômage, misère, exclusion sociale : quels sont les mécanismes de la pauvreté ? Peut-on enrayer la montée de l’exclusion ? Qu’en pensent ceux qui la subissent ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles se propose de répondre ce petit livre.

Première étape : si l’on veut vaincre l’exclusion sociale, il faut commencer par comprendre ce que vivent les plus pauvres, les premiers à prendre la parole dans ces pages. Puis l’ouvrage tente de définir les notions d’inégalité, de précarité, de grande pauvreté, d’exclusion, de développement humain.

Deuxième étape : retour sur quelques siècles de misère en Europe. L’accent est mis sur le chemin parcouru par une civilisation et sur les difficultés rencontrées par les plus pauvres pour exister au sein d’une société qui peu à peu s’épanouit et se structure.

Troisième étape : la mobilisation contemporaine, ou comment, depuis un demi-siècle, de l’appel de l’abbé Pierre (1954) au vote, en France, d’une loi de lutte contre les exclusions (1998), sans oublier la réflexion menée dans les instances européennes et à l’ONU depuis les années 80, des initiatives citoyennes, associatives, institutionnelles, législatives, internationales, constituent peu à peu, pas à pas, les bases d’un courant d’opinion fondé sur le respect de l’égale dignité de tous. Voilà bien le maître-mot de cet ouvrage : « égale dignité ».

Quatrième étape : partout où elle sévit, la misère méprise les droits fondamentaux et les aspirations de ceux qui la subissent. Elle est une violation des droits de l’homme, comme l’a définie Joseph Wresinski. Cette réflexion a été reprise en particulier par les travaux dirigés à l’ONU par Leandro Despouy.

C’est pourquoi – cinquième étape – nous avons collectivement et individuellement la responsabilité d’agir. Détruire la misère n’est pas un objectif irréaliste. Ce nécessaire engagement civique se décline en terme de combat pour la justice, la citoyenneté, la culture, en partenariats divers à nouer au quotidien entre la société et les plus démunis. La lutte contre l’exclusion, dont les plus défavorisés sont les premiers acteurs, peut et doit s’inscrire dans les politiques publiques et se concrétiser dans toutes les relations sociales.

 

Collection Les Essentiels

Commentaires

1 avis pour Combattre l’exclusion

  1. bauer francois

    l exclusion sociale ne peut que etre combattu par la prise de conscience que personne dans cette société n est a l abri de problemes,les gens vivants dans la rue sont plus souvent traités comme des pestiférés ou des gens ayant choisi leur sort,vivre dans la rue n est pas le resultat d un delit ,ce n est pas une condamnation pour fautes ,les gens vous croisent comme si nous etions invisibles car ils ont peur de la misere,ils preferent la politique de l autruche ,alors que simplement un peu d humanité et de solidarité ferais beaucoup de bien a beaucoup de monde ,

    • Geoffrey Renimel

      Bonjour merci de votre commentaire. Vous parlez d’invisibilité. En juin dernier, l’Université populaire Quart Monde d’Ile-de-France a travaillé autour du film Les Invisibles (Louis-Julien Petit). Une militante a exprimé qu’elle ne se sentait pas invisible mais que les personnes choisissait de ne pas la regarder. Merci à vous

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Dans la même thématique
+
Plus de produits
inscrivez-vous à notre newsletter
Entrez votre adresse mail et vous recevrez automatiquement toutes les dernières infos nous concernant.
OK