Caroline
DE
Anne-Marie TOUSSAINT
nombre de pages :
37
|
prix :
2,00 TTC
|
isbn :
2-913046-31-2
date de parution :
2004
thème(s) :

Ce témoignage sur la vie d’une fillette et de sa famille, qui sont dans une grande précarité, nous montre que l’entraide et le partage permettent de combattre injustices et inégalités sociales.

description

Caroline participe à la bibliothèque de rue près de chez elle. Nous découvrons sa vie à travers le témoignage de l’auteur qui l’a regardé vivre, et fait entendre son désir d’apprendre, enfoui au cœur de chaque enfant.

Ses parents ont tous deux vécu une enfance dans la misère et se rencontrent dans le bidonville de la Cour des Miracles. La famille Dumas a vécu sans logement de fin 1981 à fin 1985, et les cinq aînés ont été placés. Les parents se battent pour garder les deux cadettes, dont Caroline. Mais la vie est dure et « les enfants s’en souviennent […], ça les marque pour la vie des choses comme ça ».

A l’école, la petite Caroline lutte pour se faire accepter, malgré des bulletins scolaires décourageants.

A la bibliothèque de rue, elle découvre la Déclaration des Droits de l’Enfant, et les Cahiers de Doléance de la Révolution Française, et réagit face à la misère dans laquelle sa famille et ses camarades vivent. Aux fêtes de Tapori, où des gens viennent apprendre des choses aux enfants qui vont ensuite les communiquer à leurs parents, Caroline revit.

Pourtant, une lettre envoyée au juge demande le placement de Caroline. La demande n’aboutira pas grâce à un juge compréhensif et le quartier se réconcilie peu à peu avec la famille. En confiance, la fillette se met alors à travailler et à lire. Lors d’une arrestation temporaire du père, la mère continue d’aider ses voisins et les jeunes en difficultés, parce que « un cœur, c’est comme un cadeau ». Elle refusera une hospitalisation pour ne pas abandonner ses enfants et affrontera un quotidien toujours plus dur à assumer. Caroline, elle, se découragera par intermittence…

extrait

À la bibliothèque de rue, les enfants découvrent la Déclaration des droits de l’enfant, les Cahiers de doléances de la Révolution française et les gens qui n’avaient pu dire au roi ce qu’ils vivaient, ce qu’ils voulaient pour que la vie soit meilleure pour tous. Caroline ne reste pas en place, mais elle est une des premières à réagir :  » Il faut changer nos maisons, elles ne sont pas belles. Les enfants sont toujours malades. Il y a des enfants malheureux qui n’ont pas de médicaments pour se soigner. Un beau quartier, c’est un quartier où tout le monde peut se soigner, même ceux qui n’ont pas de sous… »

Commentaires

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Caroline”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Dans la même thématique
+
Plus de produits
inscrivez-vous à notre newsletter
Entrez votre adresse mail et vous recevrez automatiquement toutes les dernières infos nous concernant.
OK