Img 0288

La Maize, un lieu pour « aller vers l’emploi en douceur »

Img journal atd

Abonnez-vous au journal d’ATD Quart Monde !

Et recevez de nos nouvelles chaque mois dans votre boîte aux lettres, tout en soutenant nos actions via votre abonnement.

À Villeurbanne, près de Lyon, ATD Quart Monde a lancé fin 2022 le projet « Réussir ensemble », pour favoriser l’emploi et la formation professionnelle des jeunes les plus exclus.

« C’est un lieu qui permet de faire des rencontres, un lieu d’échange des cultures, de fraternité. On vit de bons moments ensemble, il y a des amis avec qui faire des blagues, danser, tu ne peux pas te sentir seul ici », expliquait Gaël Paya, jeune militant Quart Monde, en septembre dernier lors de l’inauguration de La Maize, à Villeurbanne. Huit mois plus tard, cette grande maison dans laquelle se matérialise le projet Réussir ensemble ressemble à une vraie ruche. Les jeunes accueillis ici de manière inconditionnelle peuvent donner un coup de main aux travaux d’intérieur et de jardinage, participer à l’atelier danse ou au ciné-débats, venir cuisiner un petit plat et le partager, ou simplement s’installer dans le canapé. « L’objectif est qu’ils s’approprient ce lieu, sentent qu’il est possible de proposer des activités et de faire ce qui leur tient à cœur », explique Benjamin Semard, actuellement en service civique à La Maize.

Discussions et rencontres autour du monde du travail

Mais cette maison, mise à disposition dans l’attente d’un projet de rénovation urbaine, n’est pas seulement le lieu d’accueil du groupe jeunes d’ATD Quart Monde. C’est « le lieu de vie du projet Réussir ensemble, une expérimentation pour identifier ce qui peut permettre à des jeunes très éloignés du monde du travail de trouver leur place, selon leurs aspirations », précise Laurent Ganau, volontaire permanent. « C’est un écosystème. Le groupe jeunes est le lieu où se ressourcer. Quand on sent que des jeunes sont prêts à rentrer dans une démarche de réflexion autour de la formation ou du travail, on leur propose de rejoindre ‘Se serrer les coudes’ », poursuit-il. Il s’agit d’un groupe d’échanges et de partages autour de l’emploi à partir des expériences vécues par les jeunes. « Toutes les deux semaines, le vendredi soir, ils discutent ensemble d’un sujet : comment faire face à des relations compliquées avec un chef, gérer une crise d’angoisse au travail, avoir confiance en soi pour un entretien… », détaille Laurent Ganau.

Un « autre moyen d’aller vers l’emploi en douceur », selon Benjamin Semard, est la mise en place du « Job tour ». Organisé pour l’instant à deux reprises dans le Jura, cet événement permet à des jeunes de rencontrer des entrepreneurs pendant plusieurs jours, de prendre le temps de se connaître et de découvrir leurs métiers. « Après avoir questionné les jeunes, nous avons vu qu’ils avaient très peur d’aller vers les entreprises, qu’ils n’avaient pas beaucoup d’opportunités pour rencontrer des professionnels et une représentation très étroite des débouchés possibles pour eux », explique Laurent Ganau. De leur côté, les entreprises ont trop souvent « une représentation négative des jeunes ou à côté de la réalité des choses », poursuit-il. Ces expériences permettent donc « des vraies rencontres avec des personnes passionnées par leur travail et qui ont des parcours de vie parfois très inspirants ».

Le groupe jeunes est par ailleurs engagé dans une dynamique de Croisement des savoirs et des pratiques, avec des chercheurs et des entrepreneurs, afin d’identifier les difficultés d’accès aux entreprises pour les jeunes, ce qui leur permet ou non d’entrer puis de rester dans l’emploi…

« Une entreprise pour apprendre »

Enfin, La Maize voit naître L’Archipel des métiers, une « entreprise pour apprendre ». Elle doit embaucher, à partir du deuxième semestre 2024, des jeunes entre 18 et 30 ans non-diplôs et rencontrant des difficultés à s’inscrire dans un parcours de formation ou d’emploi. « Notre ambition est, à terme, d’avoir environ 25 salariés. Les jeunes ont dessiné les contours de ce qui serait pour eux le lieu idéal pour se raccrocher à de l’apprentissage ou de l’emploi : un lieu d’accueil quasi inconditionnel, dans lequel ils seraient salariés, ils auraient le droit de pouvoir partir, mais aussi de revenir, et dans lequel ils pourraient apprendre en faisant avec des maîtres-professionnels », explique Mélanie Cogerino, la responsable de L’Archipel des métiers.

Un local est actuellement recherché dans l’Est lyonnais pour commencer une activité professionnelle, qui est en train de se définir avec les jeunes, autour de la restauration, de la réparation de vélo, du reconditionnement d’ordinateurs ou de la menuiserie.

L’ensemble de ces actions forment « des cercles qui se croisent, dans lesquels les jeunes savent qu’ils ne seront pas lâchés ; un lieu où ils peuvent se ressourcer, trouver du soutien, mais aussi un endroit qui peut leur servir de tremplin vers leurs aspirations professionnelles », conclut Laurent Ganau.

Cet article est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de juin 2024.

Photo : Inauguration de La Maize en 2023 © Fabien Andriatana, ATD Quart Monde

Partager

Quiz

En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté : le quiz !

1 / 9

En France, à combien est fixé le seuil de pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses assistanat

2 / 9

À combien s’élève le RSA pour une personne seule et sans enfant et avant déduction du forfait logement ?

2023 atdqm ideesfausses rsa

3 / 9

Il y a 20 ans, 20 % du budget dédié au RSA était alloué à l’accompagnement des allocataires. Selon vous a combien s'élève cette part aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses accompagnement

4 / 9

Quel pourcentage d’ayant-droits au RSA ne le demandent pas ?

2023 atdqm ideesfausses non recours

5 / 9

2023 atdqm ideesfausses chomage

6 / 9

A sa création en 1988, le RMI (ancêtre du RSA) avait été fixé à 49 % du SMIC. Selon vous, quel pourcentage du SMIC représente le RSA aujourd'hui ?

2023 atdqm ideesfausses rsavssmic

7 / 9

Les demandeurs d'asile peuvent percevoir les minima sociaux tels que le RSA.

2023 atdqm ideesfausses migrations

8 / 9

On estime que les émissions de CO2 des 10 % les plus aisés en France s’élèvent à 18,4 tonnes par an. A combien s'élèvent celles des 10% les plus modestes ?

2023 atdqm ideesfausses ecologie

9 / 9

Quelle part du budget de la protection sociale est aujourd'hui dédiée à la lutte contre la pauvreté ?

2023 atdqm ideesfausses protection sociale

Votre note est de

The average score is 63%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

2023 journee mondiale du refus de la misere miniature atdqm

Emploi décent : testez vos connaissances !

1 / 7

2 / 7

3 / 7

4 / 7

5 / 7

6 / 7

7 / 7

Votre note est de

The average score is 0%

0%

Ceci se fermera dans 0 secondes

Inscription à la newsletter