Entrez votre recherche ci-dessous :

Coronavirus : double peine pour les plus pauvres

Communiqué de presse – 17 mars 2020

En tant que Mouvement engagé avec les plus exclus, ATD Quart Monde est particulièrement préoccupé par l’impact de l’épidémie et du confinement sur les personnes les plus pauvres qui doivent déjà se battre pour survivre au quotidien – allocataires des minima sociaux, personnes sans domicile, mal-logés, migrants, travailleurs précaires et chômeurs. Afin que cette crise n’engendre pas de nouvelles inégalités, ATD Quart Monde appelle à des mesures fortes et à la solidarité nationale.  

ATD Quart Monde salue un certain nombre de mesures déjà prises par l’État comme la prolongation de la trêve hivernale ou le report de la réforme de l’assurance chômage. Mais d’autres tout aussi cruciales s’imposent afin de garantir, comme l’a annoncé le président de la République, que nos concitoyens les plus pauvres « puissent être nourris, protégés, que les services que nous leur devons soient assurés”.

Pour les personnes déjà en grande difficulté, l’épidémie et le confinement sont encore plus angoissants et difficiles à vivre que pour le reste de la population. Rappelons que le diabète est 3 à 4 fois plus fréquent chez les personnes en situation de précarité, que l’asthme et les maladies pulmonaires touchent les mal-logés plus que les autres. Les personnes les plus pauvres sont aussi les plus éloignées des campagnes de prévention, de l’accès aux soins et aux produits de première nécessité (eau, alimentation, produits d’hygiène…), notamment lorsqu’elles vivent dans des centres d’hébergement, des logements indignes, des campements ou des bidonvilles.

L’État doit garantir un soutien renforcé aux personnes les plus vulnérables. Les personnes réduites à recourir à l’aide alimentaire n’ont souvent déjà plus accès aux distributions et aux épiceries solidaires en raison du confinement des bénévoles. La fermeture des services administratifs, les démarches qui ne sont plus réalisables qu’en ligne font craindre des ruptures de droits chez des personnes qui ont un accès limité aux outils numériques ou qui les maîtrisent mal. Le gouvernement doit à tout prix garantir la continuité des droits sociaux sans conditions et maintenir les services publics qui permettent d’accéder à ces droits fondamentaux.

La fermeture des écoles était nécessaire. Mais ATD Quart Monde s’inquiète des conséquences pour les élèves des familles en difficulté. Malgré la bonne volonté du corps enseignant, la dématérialisation des cours pour assurer la « continuité pédagogique » risque de les pénaliser. Ces familles n’ont pas toujours d’ordinateur à la maison ni de connexion. Elles ne sont pas toutes à même d’aider scolairement leurs enfants.

ATD Quart Monde est en lien avec les professionnels de l’éducation pour ne laisser aucun enfant sans accompagnement durant le confinement. Le Mouvement soutient des initiatives comme celle de ces enseignants de REP + qui ont décidé de garder le lien avec leurs élèves via le téléphone portable : ils les appellent, leur envoient des exercices….

Lors de la reprise des cours, les élèves de familles en difficulté doivent pouvoir bénéficier d’une attention et d’un accompagnement soutenus avec les moyens nécessaires. La plupart n’auront pas eu les mêmes conditions de « scolarité » à domicile que leurs camarades de milieux plus favorisés. Les familles qui bénéficiaient de tarifs sociaux à la cantine, doivent par ailleurs assumer le repas du midi. Un surcoût qu’il serait juste de compenser.

Une autre grande inquiétude concerne les travailleurs précaires, en CDD, intérimaires personnes en formation, apprentis… Nous demandons que les mesures financières compensatoires prises en faveur des salariés et entreprises leur bénéficient également. Certains renoncent à l’arrêt de travail autorisé lorsque l’on a un enfant mineur, de peur de ne pas être réembauchés plus tard.

Enfin, nous nous inquiétons des ruptures de droits de visites pour les enfants placés. Une souffrance pour eux et pour leurs parents. Les services de la Protection de l’enfance, en dialogue avec les parents, doivent inventer des solutions afin de fragiliser le moins possible un lien déjà souvent difficile à maintenir.

A plus long terme, au regard de cette crise, il est indispensable de résoudre enfin cette fracture numérique qui nourrit les inégalités. ATD Quart Monde espère un plan ambitieux. De même que l’accès réel aux soins pour tous, la question du mal-logement doit s’imposer comme une priorité – il faut imaginer les journées de confinement dans des logements sur-occupés, insalubres…

Si ATD Quart Monde a décidé de suspendre toutes ses actions collectives (Bibliothèques de rue, Universités populaires, etc.), ses membres restent en lien avec les plus fragiles et les plus isolés. Plus que jamais, l’entraide et l’attention à l’autre doivent être notre moteur à toutes et tous, avec une attention toute particulière aux personnes très isolées, aux familles en grande précarité, aux écoliers ayant le plus d’obstacles à poursuivre leur scolarité. ATD Quart Monde salue en premier lieu les personnels soignants et aussi tous les citoyens qui inventent de nouvelles formes de solidarité et appelle à la mobilisation de toutes et tous pour ne laisser personne de côté.

Contact presse

Emilie Perraudin / [email protected] / 06 28 61 69 05

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF