Entrez votre recherche ci-dessous :

Violences et enfance

Violences et enfance

Une expérience de prévention citoyenne à Lille

Cet ouvrage veut être une «trame d’aide, à faire varier selon les contextes, pour prévenir la violence autour des enfants».

Le professeur et pédopsychiâtre Pierre Delion y relate l’évolution d’une expérience qui s’est déroulée pendant plus de 10 ans à Lille après un appel de Martine Aubry, maire de la ville. Des faits graves avaient déclenché une prise de conscience et révélé la nécessité de lutter contre la violence dont les enfants sont victimes et parfois auteurs.
La pédopsychiâtrie est le domaine d’expertise de ces phénomènes mais pour mieux former et soutenir tous les professionnels concernés, c’est un travail en réseau qui était nécessaire. Médecins, juristes, enseignants, membres d’associations, parents, ont été amenés à partager leurs savoirs et leurs expériences pour comprendre pourquoi et comment naît cette violence, en repérer les prémisses, échanger des moyens pour la désamorcer…

Les Etats Généraux qui ont ponctué cette période, avaient pour but de faire le point des travaux mis en place, de prouver la nécessité d’une formation initiale et continue de tous, la nécessité de travailler en partenariat, en réseau, en équipe selon les professions, sans jamais rester seul, confronté à des questions difficiles voire destructrices, mais au contraire chercher ensemble des solutions.
Les actions mises en place comme le Café des parents, le jeu des Trois figures de Serge Tisseron pour les enfants, les ateliers philo…. sont citées et justifiées.

Le professeur Delion démonte en quelques pages passionnantes les processus de débordement de violence chez l’enfant. Il montre la nécessité de faire prendre conscience très tôt de l’existence de l’autre pour le respecter plus tard. Il rappelle aussi l’importance du langage parce que « si le bonheur est antinomique de la violence, la culture est un moyen de transformer celle-ci en celui-là. »

Il faut donc parfois aider les parents à éduquer leur enfant, surtout quand la culture et l’éducation leur ont manqué dans leur enfance. C’est évidemment la mission de certaines associations. ATD Quart Monde est cité pour avoir expliqué pourquoi les parents évitaient le plus possible les rencontres (faites pourtant pour eux) au début de l’expérience.
Mais il ne faudrait pas en conclure que la violence autour des enfants est spécifique des milieux très pauvres ni forcément associer les deux concepts.

On retiendra aussi la nécessaire solidarité et les actions articulées auprès des familles, de l’école, des professionnels de l’enfance pour prévenir la violence et mettre en pratique l’adage « plus fait douceur que violence ».
La lecture des ces pages peut donc être facteur d’aide et d’espoir pour celui qui est confronté à des situations de violence autour d’enfants, pourvu qu’il ne reste pas seul.

Catherine Cugnet

Editions Erès – 2019 – 135 p.

Compte-rendu publié dans la Revue Quart Monde n° 252