Entrez votre recherche ci-dessous :

TAE (Travailler et Apprendre Ensemble) lance une formation sur « l’entreprise incluante »

TAE (Travailler et apprendre ensemble) est l’entreprise solidaire d’ATD Quart Monde. Installée à Noisy-le-Grand, elle accueille, en CDI, des personnes a priori très éloignées de l’emploi. Début 2018, elle lance une formation sur  » l’entreprise incluante  » inspirée de son expérience. Dossier réalisé par Véronique Soulé

Une entreprise plus humaine et plus respectueuse de ses salariés, qui intègre des personnes en grande précarité, rejetées du monde du travail car elles ne seraient pas assez productives, c’est possible ! TAE (Travailler et apprendre ensemble), l’entreprise solidaire d’ATD Quart Monde, en est une preuve. Elle veut aujourd’hui faire partager son savoir-faire et lance en janvier prochain une formation sur  » l’entreprise incluante « , convaincue que son expérience peut changer les relations de travail.

Personne n’est inemployable : c’est la conviction de TAE. Créée en 2002, l’entreprise, basée à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), a trois activités (reconditionnement d’ordinateurs, bâtiment et entretien) et compte une vingtaine de salariés. Parmi eux, une majorité de personnes ayant connu la précarité, certaines étant encore en grande difficulté. Des salariés  » compagnons « , diplômés, ayant des trajectoires classiques, travaillent à leurs côtés car ils croient à une autre forme de management.

L’entreprise s’est co construite avec ses salariés sur la recherche et le partage du sens en son sein et sur le croisement des cultures. Cela rejoint des préoccupations largement partagées aujourd’hui par des directions d’entreprises.

Autre ligne de force : en apprenant à manager, à motiver et à insérer des personnes très éloignées de l’emploi, on apprend à mieux manager tous les salariés, à vivre ensemble dans l’entreprise sans exclure quiconque.

3 Questions à

Didier Goubert, directeur de TAE (Travailler et apprendre ensemble)

Comment est née l’idée de cette formation ?

Depuis 2010, on se dit que l’on obtient de vrais résultats et que l’on a développé un savoir-faire sur comment bien intégrer et gérer de façon humaine et efficace des équipes avec des salariés très différents. A TAE, la palette est très large : elle va de polytechniciens à des personnes du Quart Monde ayant peu ou pas travaillé, en passant par des salariés avec des diplômes de tous niveaux.

L’idée est de diffuser notre expérience, de montrer qu’il est possible d’accuellir des personnes en grandes difficultés à côté d’autres. On manage sans bâton ni carotte. Les gens sont heureux d’être là et ils donnent le meilleur.

TAE ouvrait déjà ses portes ?

Nous organisons des Portes Ouvertes, diffusons des brochures, des fiches Innovations, etc. Beaucoup de gens sont venus nous visiter dans nos locaux. Mais pour qu’il y ait une vraie rencontre avec les salariés de TAE, nous avons estimé qu’il était essentiel d’y passer au moins trois jours, en s’inspirant du Croisement des savoirs.

C’est pourquoi notre formation de base – on peut prendre des ateliers en plus – se décline sur cinq jours. Le premier est le colloque de présentation du 18 janvier 2018. Suivent trois jours dans l’entreprise à raison d’un mercredi par mois et une journée finale où l’on fait le bilan.

Qui visez-vous ?

La cible est le manager ayant une responsabilité d’équipe, issu du monde de l’entreprise comme des administrations publiques, partout où il y a une organisation et des personnes à gérer. Cette formation peut se faire dans le cadre du CPF (contrat personnel de formation), ATD Quart Monde étant reconnu organisme de formation.

Nous espérons pouvoir accueillir 100 personnes l’an prochain. Nous avons présenté notre projet à divers organismes et l’accueil a été bon. Le principe a été jugé original car ce n’est pas quelqu’un qui propose de former, mais c’est une entreprise qui s’ouvre et qui dit :  » Venez voir comment on fonctionne, venez discuter avec les salariés.  »

Pour en savoir plus

sur la formation, contactez Didier Goubert à [email protected] ou au 01.49.32.15.96

A lire

L’entreprise réinventée
Ils n’auraient pas dû se rencontrer et ils travaillent ensemble
Gérard Desmedt
Une analyse de l’expérience pionnière de TAE.
Éd. de L’atelier/éd. Quart Monde, 2012, 144 p., 17 €

Focus sur

les activités de TAE :

2 000 ordinateurs reconditionnés chaque année
30 à 40 chantiers de bâtiment par an
1 500 m2 entretenus par l’équipe Entretien

A noter

Les salaires à TAE vont de 1 à 2 SMIC en fonction des responsabilités.

Le chiffre

600 000 euros. c’est le budget annuel de TAE. Les trois quarts proviennent de son activité commerciale. Le reste vient des institutions publiques, des mécènes et des fondations.

Pour en savoir plus

ecosolidaire.org

Photo : Didier Goubert à son bureau dans les locaux de TAE à Noisy-le-Grand le 2 octobre 2017. @FP, ATDQM