Entrez votre recherche ci-dessous :

Oui, l’école de la réussite de tous existe déjà.

En cette veille de rentrée scolaire, ATD Quart Monde souhaite rappeler qu’on ne doit pas se résigner en matière d’échec scolaire. Oui, il existe en France des écoles, des collèges, où tous les enfants sont déjà en situation de réussite.

Marie-Aleth Grard, vice-présidente d’ATD Quart Monde, membre de la section éducation, culture, communication du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), a rendu en mai dernier un avis « Une école pour la réussite pour tous » dans lequel elle recense de bonnes pratiques, éprouvées et efficaces.

59 préconisations issues d’un travail novateur

Pour la première fois, une section du CESE a travaillé en « Croisement des savoirs » avec des parents qui vivent au quotidien dans la grande pauvreté. Travail original également puisque réalisé en étroite collaboration avec Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général, chargé par la Ministre de l’Éducation Nationale d’une mission « Grande pauvreté, réussite scolaire » (une vingtaine de préconisations sont communes).

Avec plus de 200 auditions, 8 académies parcourues et la création d’une plateforme collaborative (reussitedetous.lecese.fr), JP Delahaye et MA Grard ont recherché ce qui est nécessaire pour faire de l’école française « Une école de la réussite pour tous ».

« Une école qui permet à chaque jeune de s’insérer pleinement dans la société, d’être acteur, chercheur, responsable, autonome et de se former à devenir citoyen dans une démocratie » précise Marie-Aleth Grard.

Trois fondements se dégagent :
• Une école inclusive où chaque enfant a sa place
• Une école où la mixité sociale et scolaire est une situation normale
• Une école pour laquelle la politique publique soutient et évalue les initiatives

Le Conseil Économique Social et Environnemental préconise plus particulièrement de:

• Permettre aux enseignants de mieux connaître et comprendre les milieux les plus pauvres et les territoires où ils enseignent.
• Avoir une attention particulière pour les territoires ultramarins.
Supprimer le volet social dans l’affectation des élèves vers les filières spécialisées ou du handicap.
Renforcer les liens entre l’école, « lieu social » et les parents, en ouvrant l’école ou le collège pour des moments formels et informels.
• Développer les pédagogies coopératives qui permettent la participation de tous les élèves.
• Mettre en place une évaluation qui encourage et donne des repères communs.
Renforcer la formation initiale et continue des enseignants.
• Institutionnaliser l’analyse de pratiques entre professionnels.
• Former les personnels d’encadrement à l’animation d’une équipe et au travail collectif.
• Développer des programmes de recherches-actions en établissement.

Téléchargez l’Avis du CESE

CONTACT PRESSE:

Typhaine CORNACCHIARI – ADELIE GUILLAUME

01 42 46 01 69

[email protected]

twitter.com/ATDQM

facebook.com/ATDQM