Entrez votre recherche ci-dessous :

Une expérience professionnelle pour s’ouvrir à d’autres réalités de vie

Trois fois par an, ATD Quart Monde organise une rencontre pour les jeunes engagés temporairement dans le Mouvement. L’objectif est de leur permettre de mieux connaître les enjeux de la lutte contre la grande pauvreté, mais aussi de découvrir les missions de chacun et de créer des liens.

« ATD Quart Monde, c’est une philosophie qui s’incarne de 1 000 manières différentes et je sais maintenant que j’ai bien ma place ici », affirme Ophélie, 22 ans, engagée en service civique à Marseille. Avec quinze autres jeunes, elle a participé fin octobre à une rencontre proposée à toutes les personnes en stage de plus de 4 mois, en service civique ou en volontariat associatif au sein du Mouvement. Réunis à Pierrelaye, dans le Val d’Oise, pendant trois jours, ils ont approfondi leurs connaissances des actions d’ATD Quart Monde, notamment les Bibliothèques de rue et la dimension internationale, mais ont aussi réfléchi sur la notion d’engagement.

« C’est enrichissant de voir que ce combat est aussi porté par d’autres jeunes », estime Romane, 21 ans, volontaire en service civique au Centre de promotion familiale à Noisy-le-Grand. Tous ont été surpris par la diversité des missions proposées, que ce soit dans l’administration ou la communication, le plaidoyer, la recherche, la gestion de projets, l’organisation d’événements ou encore le travail social, au centre national à Montreuil, dans l’entreprise solidaire TAE à Noisy-le-Grand ou encore dans les groupes locaux à Marseille ou Lille.

Des profils variés

ATD Quart Monde reçoit chaque année près de 200 demandes de stage, mais ne peut en accepter que 50, d’une durée allant de quelques jours à 6 mois. Depuis 2010, le Mouvement accueille également une dizaine de jeunes de 18 à 26 ans en service civique, de 6 à 10 mois. Pour les plus de 26 ans, il est également possible de s’engager jusqu’à deux ans en tant que volontaire associatif. Douze contrats de ce type ont été signés en 2019.

Du collégien de troisième au salarié souhaitant faire une pause dans sa carrière, de l’étudiant en DUT carrières sociales à l’élève d’école d’ingénieurs, de l’ENA ou de Polytechnique, chacun trouve une mission à ATD Quart Monde. « Les écoles comptent sur nous pour ouvrir les jeunes à d’autres réalités de vie », explique Florence Gomez, co-coordinatrice du pôle animation des richesses humaines. « Il faut trouver sa place dans l’organisation, c’est un défi pour chacun. Pour ceux qui ont l’occasion de rencontrer des familles en situation de précarité, cela peut être déstabilisant », ajoute-t-elle.

« J’ai la chance de travailler avec des militants Quart monde, c’est une expérience que je n’avais jamais eue et j’apprends beaucoup », confirme ainsi Matthieu, 24 ans, stagiaire pour 5 mois au Pôle politique. « Cela permet réellement de travailler avec les personnes et pas seulement pour elles », ajoute Eléanore, 22 ans, en service civique au pôle Mobicom, chargée notamment de la gestion des bénévoles pour la Journée mondiale du refus de la misère, à Paris. Pour Florence Gomez, « l’implication de ces jeunes est très forte. Ils font avancer des projets, apportent de l’enthousiasme, un regard neuf et nous obligent à reformuler notre projet, le préciser, le requestionner. C’est bénéfique pour tous ».

Pour rejoindre l’action d’ATD Quart Monde pour quelques semaines, quelques mois ou plus, n’hésitez pas : [email protected] et [email protected]

Photo : Rencontre des stagiaires et services civiques à Pierrelaye. © JCR, ATDQM