Entrez votre recherche ci-dessous :

Territoires zéro chômeur de longue durée : l’Élan de Jouques

Le territoire de Jouques, dans les Bouches-du-Rhône, est l’un des dix qui expérimentent le projet Territoires zéro chômeur de longue durée depuis 2017. L’entreprise à but d’emploi, baptisée Élan, compte aujourd’hui 49 salariés. Et elle va bientôt s’installer dans un nouveau bâtiment de 600 mètres carrés.

C’est lors de la journée Portes ouvertes organisée le 31 janvier dernier dans les dix territoires Zéro chômeur de longue durée, qu’a été donné le coup d’envoi de la construction du nouveau bâtiment. En guise de première pierre, entouré d’officiels, Guy Albert, le maire de Jouques, joli village de 4 200 âmes à 25 kilomètres d’Aix-en-Provence, a coupé un ruban rouge.

Tourisme, recyclerie…

Le directeur de l’entreprise à but d’emploi Ludwig Rouault le 31 janvier 2019.

« Les travaux vont commencer, et ils se poursuivront au rythme subventions attendues. On espère que ce sera prêt l’été prochain », a expliqué Ludwig Rouault, le directeur d’Élan (entreprise locale d’activités nouvelles).

Comme dans toutes les entreprises à but d’emploi, les 49 salariés d’Élan, qui a ouvert le 10 avril 2017, sont en CDI et et payés au SMIC et ils peuvent choisir de travailler à temps complet ou partiel.

A Jouques, ils sont répartis dans cinq pôles d’activités : tourisme avec, par exemple, des visites commentées du village, activités multiservices pour les entreprises et pour les particuliers – aide au jardinage, surveillance de cantine pour la mairie, etc -, atelier bois, recyclerie et agroforesterie – taille des vignes, bouturage des lavandes.

Innovation sociale

Isabelle de Gaulle-Gaggini à la journée Portes ouvertes.

De nombreuses personnes ont participé à ces Portes ouvertes. Parmi elles, Isabelle de Gaulle-Gaggini, la fille de Geneviève de Gaulle Anthonioz qui fut la présidente d’ATD Quart Monde durant 34 ans (1964-1998). Elle était venue avec une délégation d’Ajaccio pour mieux connaître le projet.

Après la visite des stands présentant l’EBE, les personnalités ont évoqué l’expérimentation, qui doit s’étendre dès qu’une nouvelle loi sera votée en 2019 ou en 2020.

« Élan est un bel atout pour notre commune, s’est félicité le maire Guy Albert, c’est un dispositif qui nécessite un investissement important de toutes les parties. » Pour Anne-Laurence Petel, députée LREM des Bouches-du-Rhône, « cette expérimentation est une innovation sociale, on trouve des solutions à des besoins existants auxquels la puissance publique ne répond pas et qui ne sont pas assez rentables pour le privé ».

Enfin, le sous-préfet Serge Gouteyron a salué « l’élan des élus qui se sont impliqués pour que ce projet soit opérationnel, l’élan des personnes privées d’emploi, qui retrouvent la dignité du travail, l’élan des parlementaires qui ont voté en 2016 un texte de loi important ».

Une centaine de candidats

Patrick Valentin avec le maire de Jouques Guy Albert.

L’après-midi, Patrick Valentin, qui fut à l’origine du projet avant qu’ATD Quart Monde ne le relance, a répondu aux inquiétudes des candidats, impatients de rejoindre le projet.

« Le plus important, a-t-il expliqué, c’est de recevoir tout le monde, sans sélection, par une simple application de notre devise nationale de Fraternité… et de s’en donner les moyens. Une centaine de territoires désirent l’élargissement de l’expérimentation. Cinquante doivent être retenus par le gouvernement. Pourquoi cinquante ? Je souhaiterais que tous ceux qui sont prêts puissent bénéficier de ce projet. Puis, quand la preuve de sa valeur aura été faite à 100%, que ce soit généralisé dans tout le pays. »

Patrick Valentin a prolongé son séjour en Provence. Il était attendu ensuite à Fuveau (9 600 habitants), autre commune des Bouches-du-Rhône, par une équipe qui rêve de faire un « Territoire Zéro privation d’emploi ! ».

François Phliponeau (textes et photos)