Entrez votre recherche ci-dessous :

Raphaël Hervet : « Prendre en considération la parole des jeunes »

Volontaire permanent de 28 ans, Raphaël Hervet se mobilise pour donner la parole aux jeunes.

Le parcours de Raphaël Hervet au côté d’ATD Quart Monde aurait pu s’arrêter très rapidement. En 2012, alors qu’il a 21 ans, il envoie sa candidature pour devenir volontaire à l’étranger. Réponse négative, avec cependant des explications : « J’ai été reçu et on m’a expliqué que l’association préférait que les jeunes volontaires accompagnent les personnes en situation de pauvreté d’abord dans leur pays, au minimum pendant deux ans, avant de partir à l’étranger et qu’il était également préférable d’avoir un peu plus d’expériences de vie et de travail pour s’engager. »

Le jeune homme termine alors une licence professionnelle spécialisée dans la gestion des structures en économie sociale et solidaire à Quimper, après avoir eu un bac professionnel en pâtisserie et un BTS comptabilité. Il ne se laisse pas décourager par ce premier refus.

Sa candidature est acceptée par une autre association, la Délégation catholique pour la coopération, mais son départ en mission prend du temps. Il commence donc à travailler en tant que comptable et recontacte ATD Quart Monde. Pour vivre une première expérience auprès des familles en situation de pauvreté, il devient accueillant, pendant une semaine, à la maison de vacances familiales de La Bise dans le Jura, fin 2013. « Ce séjour m’a frappé. On essayait de trouver la place de chacun, on accueillait les familles telles qu’elles étaient et on se mettait à leur service pour qu’elles oublient leur quotidien. »

Humilité du Mouvement

Juste après cette expérience, la Délégation catholique pour la coopération lui confirme enfin sa mission : il part pendant deux ans en tant que gestionnaire pour un diocèse au Cameroun. « Là, je me rends compte que c’est le lien avec les familles que j’aime le plus. Être dans un bureau à gérer les chiffres, même si j’aime ça, cela ne me suffisait pas. » Les positions d’ATD Quart Monde et son expérience à La Bise lui trottent de plus en plus dans la tête et, dès son retour en 2016, il reprend contact.

Un week-end de découverte du volontariat le conforte dans son choix : « J’ai senti que je me retrouvais dans le Mouvement, qui est à l’origine de beaucoup de lois et de nombreuses avancées et qui, en même temps, fait preuve de beaucoup d’humilité », explique Raphaël, qui sait lui-même se faire très discret, à part lorsqu’il explose d’un rire tonitruant et communicatif !

Mobiliser les jeunes

Avec d’autres jeunes volontaires, il est mobilisé pendant trois mois pour la préparation de la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre. Il est ensuite chargé des outils de communication pour les 60 ans d’ATD Quart Monde, soutient les interventions dans les écoles et coordonne le Village des initiatives à Paris, en octobre 2017. Une première année de découverte du volontariat riche en rencontres, durant laquelle il anime également une bibliothèque de rue, à Montreuil.

Raphaël, qui a grandi en Corse, continue ensuite son tour de France et part à Colmar, où il est chargé de coordonner les deux bibliothèques de rue d’Alsace et de relancer celle de Mulhouse. Il co-organise également un jury pour le prix du film d’ATD Quart Monde, « La misère sans cliché ». Retour ensuite à Paris pour devenir coordinateur des jeunes en Île-de-France et animer notamment un groupe de jeunes qui participent à l’Université populaire Quart Monde. Son objectif est de mobiliser les moins de 30 ans sur les différents événements du Mouvement, mais aussi d’être en lien avec des jeunes isolés à la rue.

Avancer ensemble

Ses journées sont également rythmées par la recherche d’un appartement pour créer une Coloc’Action, un habitat partagé pour des volontaires, des jeunes en service civique, des jeunes étudiants ou travailleurs prêts à consacrer du temps à une action développée par le Mouvement, en lien avec les habitants du quartier. Il participe aussi à l’organisation de la rencontre nationale des jeunes, début août en Bourgogne, sur le thème « Construisons une société idéale ! Qui ne laisse personne de côté ».

Sept ans après sa découverte d’ATD Quart Monde un peu par hasard, il imagine aujourd’hui un engagement sur le long terme. « Le Mouvement offre vraiment un espace de parole et d’écoute qui est primordial, particulièrement pour les jeunes. Les gens n’ont pas seulement besoin d’avoir de la nourriture, de se loger et de s’habiller, la parole est tout aussi importante. Les jeunes qui sont à la rue, mais aussi ceux qui animent une bibliothèque de rue et ne sont pas en galère, nous disent qu’ils n’ont pas l’habitude qu’on leur demande leur avis et qu’on les prenne en considération. J’aime le fait que tous les membres du Mouvement, alliés, militants Quart Monde, volontaires, s’enrichissent les uns les autres. On avance tous ensemble, celui qui sait apprend à l’autre et on grandit beaucoup dans cet échange de savoirs. »

Ses missions sont tellement variées que son envie de partir à l’étranger est aujourd’hui moins pressante. Il sait qu’il n’a pas été accepté pour ses compétences, mais pour son engagement assez radical pour éradiquer la pauvreté, dans une expérience de vie simple. « Je me lève chaque matin pour rencontrer des gens, faire du lien, leur permettre de prendre la parole et je suis heureux dans ce que je fais, c’est une chance. » Julie Clair-Robelet

Pour s’informer et devenir volontaire : https://www.atd-quartmonde.fr/sengager/devenez-volontaire/

Photo : Raphaël Hervet à Montreuil en juin 2019. © Carmen Martos, ATD Quart Monde.