Accueil
>
Livres
>
Essais
>
L’accès de tous aux droits de tous, par la mobilisation de tous
L’accès de tous aux droits de tous, par la mobilisation de tous
DE
Didier ROBERT
nombre de pages :
111
|
prix :
7,55 TTC
|
isbn :
2-11-120564-8
date de parution :
2003

Il ne s’agit pas de créer des mesures spéciales pour des publics spécifiques mais de transformer des politiques générales pour qu’elles bénéficient à tous. Un programme de propositions et d’actions qui appelle à une mobilisation effective beaucoup plus large de la société contre la misère.

description

Dans une première partie est exposé l’Avis adopté par le Conseil économique et social, approuvé le 18 juin 2003 : il concerne les droits de tous en matière d’emploi-formation, de logement, de protection de la santé, de justice, d’éducation et culture, de vie familiale.

Depuis la loi d’orientation contre les exclusions de 1998, la situation ne s’est pas vraiment améliorée : 3,7 millions d’habitants perçoivent au plus 557 € par mois, 3 millions sont encore mal logés et, en 2003, des aides à l’emploi (CES, TRACE, etc) ont été supprimées. L’avis propose dans chaque domaine plusieurs objectifs :

Emploi : faciliter l’emploi de droit commun et les aides aux personnes éloignées de l’emploi, individualiser les parcours, valoriser l’expérience, accompagner les jeunes dans leur recherche par allocation (plutôt qu’avec un SMIC) ;
Logement : multiplier les logements sociaux, au rythme de 130 000 par an sur tout le territoire, prévenir des ruptures de contrat, promulguer un droit au logement opposable ;
Santé : ajouter aux CMU et AME une couverture complémentaire pour ceux qui dépassent de peu le plafond pour la CMU, inversement proportionnelle aux revenus, et ne pas en différer l’octroi pour les SDF ;
Justice : informer sur les droits, soutenir les plaignants dans des permanences juridiques, diffuser des guides gratuits sur droits et démarches, affecter un interlocuteur unique pour tous les services sociaux et publics ;
Éducation et culture : adapter l’enseignement aux compétences des enfants, en dehors des exercices scolaires, former les enseignants des IUFM aux relations avec des équipes pédagogiques et avec les parents défavorisés, promouvoir les projets personnels des enfants, dans le sens des responsabilités et de la solidarité, et lutter contre l’illettrisme avec des ateliers où « apprenants » seraient rémunérés comme des stagiaires, enfin offrir l’accès à la culture à tous par des financements publics et des contrats associations/pouvoirs publics de proximité ;
Famille : veiller à améliorer les conditions (logement, formation, aide de techniciennes d’intervention sociale, famille-relais, AEMO), prévenir et éviter les placements des enfants.
Le Conseil économique et social insiste pour que les personnes « assistées », défavorisées, soient considérées comme des acteurs, interlocuteurs au même titre que les professionnels et organismes sociaux.

 

Dans la deuxième partie, le rapport de Didier Robert développe ces vues, avec des citations de personnes très pauvres, des exemples de mobilisation et répertorie, parmi les acteurs dans chaque domaine, des réalisations locales : Plate-forme de services aux entreprises en Rhône-Alpes, parrainages de jeunes dans le BTP, des associations : « Une famille, un toit » à Angers, « l’École de la deuxième chance » dans le 93, le Programme PAC Actifs, etc.

Commentaires

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’accès de tous aux droits de tous, par la mobilisation de tous”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Dans la même thématique
+
Plus de produits
inscrivez-vous à notre newsletter
Entrez votre adresse mail et vous recevrez automatiquement toutes les dernières infos nous concernant.
OK