Entrez votre recherche ci-dessous :

Pauvreté : Des avancées timides, des reculs certains !

Communiqué de presse du Collectif ALERTE – 9 septembre 2019

Le président de la République s’exprimera mardi sur l’inclusion puis le gouvernement présentera le bilan de la première année de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Si de timides avancées ont eu lieu, les associations réunies au sein du Collectif ALERTE constatent que les conditions de vie des personnes les plus précaires se sont globalement dégradées depuis le début du quinquennat et attendent un changement de cap.

Des mesures positives ont été prises par le gouvernement depuis deux ans, avec la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté et la revalorisation de la prime d’activité. Toutefois, d’autres décisions ont eu pour effet de dégrader encore plus les conditions de vie des plus pauvres. Leur pouvoir d’achat a ainsi diminué suite à la baisse des APL et à la désindexation des allocations logement et des prestations familiales. Le nombre de personnes vivant à la rue, en campements et en bidonvilles a dramatiquement augmenté en raisonnotamment de la baisse de la construction de logements sociaux, de l’insuffisance de l’offre d’hébergement de demandeurs d’asile ou des coupes budgétaires de 57 millions d’euros surles centres d’hébergement et de réinsertion sociale.

Si la mise en place d’une complémentaire santé élargie grâce à la fusion de la CMU-C et del’ACS constitue une avancée certaine, les menaces pesant sur l’Aide Médicale d’État (AME) représentent un risque de dégradation de l’accès aux soins des plus précaires.

Enfin, la réforme de l’assurance chômage, présentée en juillet dernier, menace de plonger les plus précaires dans la pauvreté puisque 80 % des économies proviendront du durcissementde l’accès au chômage, du renouvellement des droits et du calcul des indemnités versées.

Ces décisions interrogent sur la cohérence et l’efficacité d’ensemble de la politiquegouvernementale pour lutter contre la pauvreté, a fortiori quand l’exonération de la taxe d’habitation pour les 20 % des ménages les plus aisés va coûter, entre 2021 et 2023, la somme de 8 milliards d’euros, soit autant que le budget global de la stratégie pauvreté.

Contact presse

ATD Quart Monde

Emilie Perraudin / [email protected] / 06 28 61 69 05

Télécharger le communiqué de presse en PDF