Entrez votre recherche ci-dessous :

Partir pour repartir : une campagne sur l’accès aux vacances pour tous !

Le 5 avril 2018, le Mouvement ATD Quart Monde lance sa nouvelle campagne d’appel au don sur l’accès aux vacances pour tous. Une table-ronde sur le thème « Partir en vacances : un privilège ? » à la bibliothèque Buffon à Paris, sonne le début de cette campagne qui durera jusqu’à fin juin.

Rénover la maison de vacances familiales

Le but de cette campagne, notamment rénover la maison familiale de La Bise dans le Jura qui accueille depuis 40 ans des familles et personnes isolées en situation de précarité pour des premières vacances.

  • La Bise est l’un des projets pilotes d’ATD Quart Monde en France. Ces projets sont menés sur le terrain avec des personnes en grande difficulté, des professionnels et des institutions qui acceptent de s’interroger sur leurs pratiques. Il s’agit ici de prouver qu’il est possible que des gens en très grande difficulté vivent une première expérience de vacances réussie. La Bise est agréée VACAF (aides aux vacances de la Caisse d’Allocations Familiale). Elle reçoit des aides des conseils départementaux ou régionaux, de l’Aide Sociale à l’Enfance, des communes et des associations. Les personnes, envoyées à La Bise par les travailleurs sociaux, viennent de toute la France mais aussi de Belgique, du Luxembourg, de Suisse.

En 2017, La Bise a accueilli 43 familles (dont 105 enfants) et 35 adultes isolés.

ATD Quart Monde se bat pour l’accès des plus pauvres aux vacances en s’appuyant sur une base législative. Le droit aux « vacances » est reconnu aussi bien dans la Déclaration universelle des droits de l’homme que dans la Convention internationale des droits de l’enfant.

En France, l’article 140 de la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions, dispose : « L’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs, constitue un objectif national. Il permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté. ».

Dans les faits, beaucoup de familles en sont exclues.

Selon le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), en 2014 près d’un Français sur deux, dont trois millions d’enfants, ne sont pas partis en vacances et parmi eux près de 56% ne partent jamais !

Pour partir, il faut en avoir les moyens. 40% des personnes aux revenus inférieurs à 1 200 euros mensuels sont parties en 2014, contre 86% de celles disposant de plus de 3 000 euros. Un « budget vacances » pour une famille peut représenter plusieurs milliers d’euros. Les plus aisés ont souvent l’occasion de bénéficier d’hébergements gratuits dans la famille ou chez des amis, ce qui n’est pas le cas des plus pauvres.

Parmi les familles qui ne partent pas, 69% des parents affirment qu’ils se sentent coupables vis-à-vis de leurs enfants, selon une enquête de l’UNAF. Ils sont encore 17% à indiquer que cela engendre des reproches et de la tension avec les enfants. Ne pas partir en vacances fragilise et dégrade les liens familiaux au quotidien.

Témoignages

« Cela m’a fait du bien de laisser les soucis et les problèmes et le travail derrière. C’est comme recommencer quelque chose de nouveau », confie Corinne K., après un séjour à La Bise.

« Ça m’a donné la force de dire : « Je suis capable », capable de faire beaucoup de choses avec mes enfants, capable de gérer. Puis je me suis battue pour récupérer mes petiots et c’était un nouveau départ », témoigne Valérie B., du Jura.

Partir en vacances pour les populations précarisées est un marqueur social fort, un signe envoyé à l’entourage qui indique la dignité retrouvée, le sentiment d’être « comme tout le monde », le passage de l’univers des « assignés à résidence » à celui des « classes mobiles ».

Les vacances essentielles … pour tous !

Les vacances permettent de reprendre son souffle, de sortir de son contexte, de pratiquer des activités sportives et culturelles, de passer des moments privilégiés avec ses enfants ou avec des amis, de découvrir des régions. C’est un facteur d’épanouissement personnel et social. En famille ou seules,, les personnes reprennent des forces pour se soigner, retrouver un travail, se former.

Pour les familles en grande pauvreté, ces temps de rupture avec le quotidien permettent aux parents et aux enfants de se voir sous un autre jour. « Se fabriquer des souvenirs communs, vivre des choses ensemble, c’est ça une famille », dit une assistante sociale qui accompagne des départs en vacances.

Partir en vacances permet de sortir de l’isolement.

Pour faire un don, vous pouvez participer au crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank ou donner en ligne directement.