Entrez votre recherche ci-dessous :

Marie-Rose Déranger : tout pour le logement

Avec une belle énergie, elle accompagne des familles du Centre de promotion familiale d’ATD Quart Monde à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).

Marie-Rose Déranger, 68 ans, a posé un gros dossier rouge devant elle.  » C’est le dossier d’une famille qui a fait sa première demande de logement il y a six ans, explique-t-elle, et qui se retrouve à devoir repartir à zéro !  » Le père de famille ayant changé d’adresse mail et aussi de portable, il n’a pas reçu la proposition de logement qui lui a été faite. Et donc, il n’a pas répondu à temps…

Marie-Rose ne compte pas en rester là. C’est une battante et une fine connaisseuse des arcanes des demandes de logement social. Elle reçoit tout à l’heure le père de famille dans la  » salle melon « , la pièce aux murs jaunes orangé du centre de promotion familiale d’ATD Quart Monde à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Avec lui, elle va étudier comment répondre.

Bonheur

Marie-Rose fait partie de l’équipe logement du centre, au côté notamment de trois volontaires permanents. Elle est une  » alliée  » du Mouvement, une bénévole partageant ses valeurs, engagée dans sa vie professionnelle et au delà. Elle vient chaque mercredi au centre.  » Un jour par semaine, c’est tout « , précise-t-elle, s’étonnant qu’elle puisse faire l’objet d’un article.

Son travail : accompagner les familles du centre dans leurs demandes de logement, les aider à constituer les dossiers et pour certaines, les faire reconnaître comme bénéficiaires du droit au logement opposable (DALO), mais aussi relancer les bailleurs, aller avec elles découvrir l’appartement qui leur a été attribué, les aider à faire leurs changements d’adresse lorsqu’elles déménagent, puis les suivre, une fois relogées, pendant deux ans.

 » L’une des difficultés est de rassembler les documents, explique-t-elle, c’est difficile quand vous êtes allés de foyer en hôtel parce que vous avez été expulsés de chez vous, que vous transportez vos affaires dans des sacs plastiques…  »

 » Cette année a été plutôt bonne, estime-t-elle toutefois, on a pu reloger pas mal de personnes. Ce que j’adore, c’est quand une famille relogée m’appelle pour me dire :  » Tu m’avais promis de venir prendre un café, on t’attend « …

Nature

Chez Marie-Rose, l’engagement est une seconde nature. Professeure d’économie-gestion, elle a enseigné vingt-cinq ans au lycée Alfred Nobel de Clichy-sous-Bois, l’une des communes les plus pauvres de Seine-Saint-Denis, théâtre d’émeutes en 2005 à la suite de la mort de deux jeunes fuyant la police.  » A Nobel, j’enseignais dans la voie professionnelle, c’était du bonheur « , résume-t-elle.

Mère de deux enfants, c’est tout naturellement qu’elle s’engage aussi à l’école. Elle rejoint la première fédération de parents d’élèves du public, la FCPE.

Elle prend aussi sa carte au PS et la voilà partie dans la bataille des municipales. Elle est élue conseillère une première fois en 1983. Puis, en 1995, elle se retrouve adjointe au maire chargée du Logement. Un secteur qui l’a toujours passionnée –  » c’est la clé de tout, sans logement, on ne peut rien faire « .

Au mandat suivant, elle devient adjointe chargée de la Culture. Même si elle aurait préféré rester au logement, elle s’y engage avec enthousiasme  » Finalement je me suis éclatée à la culture. A Noisy, nous avons un théâtre, des équipements formidables… »

Marie-Rose adore sa ville d’adoption où elle vit depuis 40 ans dans une maison en bord de Marne.  » Et pourtant, se souvient-elle, je n’étais pas chaude au départ pour venir dans ce qui était alors la campagne. Mais à Paris, se loger était devenu trop cher.  »

Casquette

Avec un tel parcours, c’était écrit : elle devait rencontrer ATD Quart Monde. Elue au logement, elle noue des contacts avec le Centre de promotion familiale. Avec sa casquette culture, elle mène des projets avec le Mouvement.

En 2008, une volontaire entend dire qu’elle va prendre sa retraite.  » Mais alors tu viens chez nous… », lui lance-t-elle. L’année suivante, Marie-Rose entre au conseil d’administration du centre.

A la retraite, elle assure ne plus faire tant de choses. Moins de temps. Durant les vacances scolaires, elle descend désormais dans le sud où vivent ses deux enfants et quatre petits-enfants.

On apprend tout de même, au détour de la discussion, qu’elle est  » ambassadrice du 93  » pour promouvoir la Seine-Saint-Denis, qu’elle est membre de l’association  » Noisy-le-Grand et son histoire « , membre aussi de l’association des Amis du musée – qui va bientôt se dissoudre, le projet de musée ayant été abandonné par la mairie. Elle fait aussi partie des Amis du festival des chemins de traverse.  » Chaque année, on fait de la pub, on met une casquette, on va sur les marchés… »

Véronique Soulé

Photo : Marie-Rose Déranger dans la Salle melon du Centre de promotion familiale le 6 décembre 2017 (photo Carmen Martos, ATD QM)

Le saviez-vous ?

La Cité de promotion familiale, culturelle et sociale a été créée en 1970 à Noisy-le-Grand là où des baraquements abritaient plus de 250 familles. C’est dans ce lieu, dit Château de France, que Joseph Wresinski a fondé en 1957, avec les familles, l’association qui deviendra ATD Quart Monde.