Entrez votre recherche ci-dessous :

Résumé officiel de la thèse :

L’Université populaire Quart Monde est un lieu d’expression collective – fondé par Wresinski  en 1972 – avec des personnes très défavorisées ; c’est un lieu d’émancipation par la construction de savoir. Il repose sur la reconnaissance de savoirs d’expérience des personnes qui vivent dans la grande pauvreté.

Cette thèse recherche comment des personnes qui sont exclues de l’accès au savoir peuvent se remettre à apprendre, à produire des savoirs, à agir pour leur émancipation.  Cette recherche impliquée explore : l’action et la pensée de Wresinski, les concepts de grande pauvreté, d’exclusion ; l’histoire des Universités populaires, les concepts de « l’apprendre », du rapport au savoir et de l’émancipation. Elle explore les travaux de praticiens de l’émancipation : Freire, Alinsky et Dolci, puis l’histoire et la pratique de l’Université populaire Quart Monde.

Le cadre théorique est celui de « l’agir communicationnel » d’après J. Habermas, et celui de « l’autoformation à partir de l’expérience » d’après J. Mezirow. L’Université populaire Quart monde est lieu de création de rapports sociaux incluant la reconnaissance, la réciprocité et l’engagement au changement.

Une Recherche-Action Existentielle d’après R. Barbier a été menée avec des membres de l’Université populaire Quart Monde. Ils ont élucidé les conditions de la production d’identité, de sens et de savoirs en oeuvre à l’Université populaire Quart Monde ainsi que la production de nouveaux rapports sociaux. Des savoirs de résilience sont produits ainsi que les conditions de la démocratie cognitive, facteurs de changements sociaux.

Télécharger la thèse :

G_Tardeau_These_savoir_emancipatoire_partie1,

G_Tardieu_These_savoir_emancipatoire_partie2

A lire également : Retentissement sur une thèse impliquée à propos de la grande pauvreté, par René BARBIER