Entrez votre recherche ci-dessous :

L’étude du mois : une école toujours inégalitaire

La France est l’un des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) où le lien entre le statut socio-économique et la performance à l’école est le plus fort, avec une différence de 107 points entre les élèves issus d’un milieu favorisé et ceux issus d’un milieu défavorisé. C’est ce que révèle l’enquête du Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (Pisa) publiée en décembre 2019.

Cette différence est nettement supérieure à celle observée en moyenne dans les pays de l’OCDE, qui est de 88 points. Les auteurs de l’étude précisent qu’il n’y a pas eu « d’aggravation » du phénomène, mais constatent que la France « ne parvient pas à corriger » ce niveau très haut d’inégalité. Les performances en mathématiques, en sciences et dans la compréhension de l’écrit des élèves français de 15 ans sont ainsi fortement corrélées à leur statut socio-économique.

Plus d’un Français sur trois pense en outre que son professeur n’apporte « jamais ou seulement parfois de l’aide supplémentaire en cours, quand les élèves en ont besoin ». L’étude montre également qu’un élève défavorisé sur cinq « ayant de bons résultats ne prévoient pas de terminer ses études supérieures, alors que cette proportion est quasi nulle parmi les élèves favorisés ». Plus de 600 000 élèves ont été évalués, dans 79 pays, dont 6300 en France. Plus sur www.oecd.org/pisa-fr/