Entrez votre recherche ci-dessous :

Idée fausse n° 8 : Les demandeurs d’asile bénéficient de tous les droits

Faux. La plupart d’entre eux subissent une grande précarité.

Au nom de la lutte contre l’immigration irrégulière (1), le traitement des demandes d’asile est marqué depuis les années 1990 par la méfiance de l’administration française à l’égard des demandeurs. La plupart d’entre eux sont condamnés à vivre dans une grande précarité : soumis à des démarches administratives complexes et parfois opaques, sans droit de travailler, sans hébergements en nombre suffisant, sans autre aide que l’aide médicale d’État (AME) et la faible allocation pour demandeur d’asile (idée reçue 62)… Or, comme l’affirme Thomas Hammarberg, commissaire aux droits de l’Homme au Conseil de l’Europe : « Si nul ne peut contester aux États leur intérêt légitime à contrôler leurs frontières, ce droit ne doit pas se faire au détriment du droit de demander l’asile et d’accéder à une procédure équitable (2). »

En 2014, sur 64 811 demandes d’asile, seulement 8 763 ont été acceptées (3).

couv_idees_fausses_2017_200ATD Quart Monde publie l’édition 2017 de l’ouvrage de référence qui démonte les idées fausses. Indispensable plus que jamais en période électorale.

Commandez la série de 15 affiches sur les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté (prix 15 euros)

Retrouvez les arguments pour déconstruire plus de 100 idées reçues dans le livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté (5 euros).

 

Merci à Ysope pour ce dessin.