Entrez votre recherche ci-dessous :

L’apport de l’écriture dans l’accompagnement

Pour Marie Bruneau, alliée d’ATD Quart Monde depuis plus de 20 ans, l’écriture permet de « mettre du relief » sur un long parcours d’accompagnement. Elle publie ici son témoignage.

« Pendant quatre ans, j’ai accompagné une jeune femme, à la demande des volontaires permanents de Rennes. Je me suis mise très vite à écrire, au jour le jour, ce que je vivais avec elle, ses paroles, les évènements de sa vie, mes réactions… Puis j’ai oublié ce grand carnet de notes, jusqu’à ce que l’on me demande de parler de cet accompagnement dans le cadre d’un groupe d’échanges entre membres du Mouvement qui accompagnent des familles. J’ai relu alors ce cahier et j’ai pris conscience de l’importance que cela avait de pouvoir revenir sur ce passé. Écrire sur le moment permet de mémoriser ce qui se vit et se dit dans la rencontre, sans la déformation que risque de créer la distance dans le temps, en particulier sur la justesse des paroles entendues. L’écrit sert aussi à mettre à plat ses réactions et émotions, et du coup à prendre un peu de recul.

Reprendre mes notes quatre ans après m’a permis de mettre du relief sur ce long parcours, de recueillir les moments forts de cette belle rencontre, avec ses joies et ses peines partagées, de faire le point sur ce que j’ai appris de la grande pauvreté, et sur le vertige qui m’a parfois saisie devant la profondeur du gouffre de la misère, et ainsi de mieux comprendre certaines réactions. Me replonger dans ces écrits entraîne une analyse de mes ressources et de mes limites, des soutiens que j’ai pu obtenir de la part d’autres alliés, de volontaires permanents et d’une professionnelle. Cette relecture m’a aidée à mieux situer mon rôle d’alliée. »

 

Des écrits soigneusement archivés

Dès 1957, le fondateur d’ATD Quart Monde, Joseph Wresinski, a pointé la nécessité de garder la trace des actions et des combats des personnes engagées pour éradiquer la misère. Inauguré en 2007 à Baillet-en-France, dans le Val-d’Oise, le Centre de mémoire et de recherche Joseph Wresinski archive des milliers d’écrits, de photographies, d’enregistrements sonores, de films et de créations artistiques. Ces documents constituent les sources d’une histoire du refus de la misère, écrite au quotidien par des femmes et des hommes qui veulent témoigner de ce combat pour la dignité de tout être humain. Le Centre a pour vocation de protéger et d’utiliser cette mémoire dans le respect profond des personnes et de leur dignité et selon des principes et des critères d’accessibilité définis par un comité d’éthique.

En savoir plus : www.joseph-wresinski.org