Entrez votre recherche ci-dessous :

Laboratoire d’idées : une analyse précise des besoins

Alliée d’ATD Quart Monde, Chantal Sibué De Caigny a contribué à la création du Laboratoire d’idées santé dans les années 1990. 

« On nous demandait souvent à ATD Quart Monde d’intervenir dans différentes instances, les ateliers santé-ville, l’Agence régionale de santé… Nous nous présentions toujours en binôme, mais nous nous sommes rendu compte qu’il fallait impliquer davantage de personnes et se retrouver en groupe pour pouvoir être force de propositions sur certaines thématiques », explique-t-elle.

La fréquence des rencontres était alors mensuelle. « J’enregistrais nos réunions, je les décryptais et je faisais des rapports que je présentais ensuite aux personnes du groupe pour les faire valider. Cette façon de faire a permis d’établir la confiance entre nous, car ce n’était pas simple, certaines personnes ont mis beaucoup de temps pour s’exprimer. »

Le Laboratoire d’idées travaille ainsi, parfois pendant deux ans, sur des thématiques de fond : la complémentaire santé, la gestion des décès, les problématiques liant logement et santé, le bucco-dentaire, la santé mentale… « Cette parole des militants Quart Monde est très précieuse pour les décideurs, cela donne beaucoup de crédibilité à nos propositions et cela nous donne aussi de la force. Nous n’intervenons pas en notre nom propre, mais au nom d’un collectif, de personnes qui ont réfléchi ensemble. »

Pour chaque thème, les participants dressent une analyse des besoins adaptés pour permettre l’accès de tous aux droits fondamentaux. « Sans le Laboratoire d’idées, les propositions restent souvent trop technocratiques, très éloignées des besoins réels », estime Chantal Sibué De Caigny. Aujourd’hui, les membres du Laboratoire d’idées se réunissent tous les deux mois environ et ont encore une longue liste de propositions à présenter aux décideurs politiques.