Entrez votre recherche ci-dessous :

« La mixité sociale nuit à la réussite scolaire » : vrai ou faux ?

Faux. La mixité sociale a des effets positifs ou neutres sur les résultats de la majorité des élèves. Et que signifie « réussir » à l’école ?

La mixité sociale est moins importante dans les écoles de France que dans d’autres pays et c’est un des facteurs qui explique que notre école ait plus de mal à réduire les inégalités. La majorité des parents de milieu favorisé se méfient de la mixité scolaire et préfèrent que les élèves de milieu défavorisé soient mis « dans d’autres classes. »

Savoir si « la mixité sociale nuit à la réussite scolaire » pose au moins deux questions : réussir signifie-t-il seulement avoir des bonnes notes ? Et si la mixité sociale n’est pas soutenue par des pédagogies adaptées, des enseignants de qualité et des classes non-surchargées, peut-elle réussir ? À la première question, un rapport récent(1) répond « Au-delà de la question de la réussite scolaire, la situation d’« entre-soi » est regrettable à l’âge de l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre-ensemble. »

« Le bénéfice que retirent les élèves plus défavorisés d’un accroissement de cette mixité semble plus élevé que le désavantage que peuvent subir les élèves plus favorisés », souligne un rapport(2). « La mixité a des effets positifs ou neutres sur les résultats scolaires de l’immense majorité des élèves, confirme la sociologue Nathalie Mons(3). À l’exception d’une toute petite élite, qui réussit un peu moins bien scolairement quand elle se retrouve mélangée à des élèves différents. Si l’on regarde les effets de la mixité en termes de cohésion sociale, là, tous les élèves sans exception y gagnent. Même le haut de l’échelle ! La petite élite a tout intérêt à être entourée d’élèves ne venant pas du même milieu, au risque, sinon, de porter un handicap social les pénalisant dans leur vie professionnelle future. […] Il faut de la mixité dans les classes, mais pas avec des écarts scolaires trop importants. Si vous mettez des très bons élèves avec des très mauvais, cela ne fonctionnera pas. Pour que la mixité soit efficiente, la recherche a montré qu’il faut que les élèves moins bons puissent s’identifier à leurs pairs ayant un niveau scolaire plus élevé, mais atteignable. »

Il est important que les enseignants, les chefs d’établissements et les parents de tous milieux soient sensibilisés et associés au développement de cette mixité à l’école, qui est une des principales préconisations de l’Avis « Une école de la réussite pour tous » du Conseil Économique, Social et Environnemental en mai 2015.

Notes

1S. T. Ly, A. Riegert, « Mixité sociale et scolaire et ségrégation dans les collèges et lycées français », 2015.
2CSE-CNESCO, « Conférence de comparaisons internationales. La mixité sociale à l’école », 2015.
3« La mixité sociale est un avantage pour tous les élèves sans exception », journal Libération, 18 octobre 2015.