Entrez votre recherche ci-dessous :
Journal d'ATD Quart Monde n° 455 Nov.2015

Stop aux idées reçues sur les réfugiés

Alors que la France s’est engagée à accueillir dans les deux ans 30 000 réfugiés, essentiellement syriens, ATD Quart Monde refuse la concurrence entre les personnes les plus pauvres – réfugiées, précaires, sans-abri, etc. Une crainte souvent alimentée par des idées reçues qu’il faut combattre.

Éditorial du journal

La crise des réfugiés nous interroge

L’actualité plus que jamais nous interpelle. Accueillir ? Refuser ? Rejeter ? Comment faire pour bâtir ensemble cette société que nous, Mouvement ATD Quart Monde, revendiquons, où chacun a sa place, où nous sommes à égale dignité les uns des autres ? La venue de réfugiés dans des situations toutes aussi dramatiques les unes que les autres, ces derniers mois, nous interroge. Notre pays peut-il les accueillir ? Les plus pauvres ne seront-ils pas encore plus oubliés, rejetés au bout du compte ? Les débats vont bon train.
Dès les premiers temps du Mouvement, Joseph Wresinski, son fondateur lui-même fils d’un immigré polonais, était avec des réfugiés venant à l’époque de pays européens et du Maghreb. Etre auprès des femmes et des hommes qui se battent pour garder leur dignité, pour vivre en famille, permettre à leurs enfants de recevoir une éducation, c’est bien cela le sens de notre combat.
Nous refusons de catégoriser les réfugiés, les migrants. Nous ne pouvons admettre qu’il y en aurait certains plus dignes que d’autres. Quelle est la différence entre un Syrien qui fuit la guerre et un Malien fuyant la faim ? Tous deux fuient la mort. Catégoriser revient à dresser une fois de plus les gens les uns contre les autres et n’est porteur d’aucune solution.
Nous ne pouvons nous taire face aux places d’hébergements qui semblent jaillir de nulle part, alors que quelques semaines auparavant encore, rien n’était possible ! Des bâtiments se libèrent ou se transforment soudain. C’est bien la preuve que notre pays a les moyens de loger dignement les personnes qui vivent à la rue depuis des années. On peut imaginer que les choses pourraient changer aussi pour les plus exclus en France.
Notre Mouvement recherche les solidarités entre tous les hommes et les femmes, afin de construire ensemble un monde plus fraternel qui permet aux très pauvres d’aujourd’hui d’avoir enfin une vraie place avec tous demain. Cette arrivée de réfugiés peut être une opportunité de créer plus de solidarités, riches, pauvres, réfugiés ; saurons-nous créer de belles occasions de rencontres fraternelles pour bâtir tous ensemble demain ? N’oublions pas non plus les personnes très pauvres de Syrie et d’ailleurs qui ne peuvent migrer, et qui se retrouvent encore plus seules dans des pays dévastés.

Marie-Aleth Grard, Déléguée nationale d’ATD Quart Monde

Le 17 octobre 2015 dans le monde en images

Photo : le 17 octobre, on a défilé à la Nouvelle Orléans avec un orchestre et des bannières préparées par les enfants des deux bibliothèques de rue. Au Guatemala Au Guatemala...

Les régionales, une élection à enjeux

Les 6 et 13 décembre, on élira les conseillers régionaux. Un scrutin important, le dernier avant la présidentielle de 2017. Les élections régionales revêtent une double importance cette...

Agenda novembre-décembre 2015

- 2 et 5 novembre : le Réseau Wresinski Participation, Croisement des savoirs organise à Paris un séminaire de recherche sur l’épistémologie de cette démarche en partenariat avec le CNAM...

Stop aux idées reçues sur les réfugiés

Non au tri des migrants, non à la concurrence entre les personnes plus démunies, réfugiées, précaires, sans-abri… : ATD Quart Monde appelle à la solidarité et met en garde contre les idées...

À lire et voir en novembre 2015

A lire Dans les cicatrices de la ville Jaime Solo Sur une gigantesque décharge au Guatemala et dans d’autres zones de misère, hommes, femmes, enfants travaillent, vivent et meurent...

Bonnes et mauvaises nouvelles (novembre 2015)

Des bonnes nouvelles - Le 1er novembre débute la trêve hivernale. Durant cette période qui s’achèvera le 1er mars 2016, un locataire ne peut pas se faire expulser. Les coupures de gaz et...