Entrez votre recherche ci-dessous :
Journal d'ATD Quart Monde n° 438 Avr.2014

Être parents, c’est l’affaire de tous

Soutenir tous les parents dans leur rôle d’éducateurs de leurs enfants : c’est le pari tenu par un quartier de Lille où, pourtant, le quotidien est très difficile pour beaucoup de familles.

Éditorial du journal

Fraternité

« Au soir de ce 9 juillet(1), je revis tout ce que les pauvres m’auront appris. Traversant avec eux les moments les plus difficiles, puisant comme eux à la même source, je leur dois d’avoir compris que le secret de l’espérance, c’est le secret de la fraternité. C’est cette fraternité, « la réponse au mal absolu » comme dit Malraux, qu’il appartient à chacun de nous de tisser inlassablement. »
Ces mots de Geneviève de Gaulle Anthonioz dans son livre Le secret de l’espérance me sont revenus en mémoire quand le Président de la République, annonçant son entrée au Panthéon, a dit « Geneviève de Gaulle Anthonioz, c’est la fraternité. »
C’est vrai que pour elle, chaque personne comptait, absolument, appelant la simple fraternité. Tous ceux que j’ai connus qui ont eu l’expérience du mal absolu qu’est la misère avaient cette même qualité, celle du respect absolu de chaque personne, enraciné dans l’espérance de la fraternité.
Nous sommes de ceux qui ont l’espérance de la fraternité. Et quand nos combats sont rudes, quand nos indignations nous bouleversent, quand la violence de la misère dont nous sommes témoins nous envahit, quand la tiédeur des autres (même de celui qui lutte à nos côtés) nous insupporte, ou quand nous préférons les éviter, il nous faut nous le rappeler. Sans fraternité, notre combat échouera. Ce mouvement à l’intérieur de nous qui nous pousse à nous engager ne doit pas nous faire devenir justicier, intransigeant, mais plus sensibles, plus ouverts à l’autre, à sa musique, à sa dissonance, vers une harmonie plus riche.
Si nous sommes de cette longue aventure des droits humains, de cette longue marche de l’égale dignité, ce n’est pas parce que la souffrance est notre moteur, c’est parce que nous aimons la vie, nous aimons la beauté, nous aimons l’amitié et que la misère est tout le contraire. Nous voulons que ça change et, si nous le faisons par la fraternité, alors nous gagnons des avancées profondes, durables et attirantes parce qu’elles créent aussi un profond plaisir de bien être ensemble.
Bruno Tardieu, Délégué national du mouvement ATD Quart Monde en France

(1) 1998 Vote à l’Assemblée Nationale de la loi d’orientation contre les exclusions

On n’expulsera plus comme avant

Par une ordonnance du 24 janvier 2014, le tribunal de Bobigny (93) a pris une décision qui pourra en inspirer d'autres. Il a rejeté la demande d'une société commerciale qui voulait expulser des...

Au revoir Jacqueline

Jacqueline Chabaud est décédée le 14 février 2014. Elle a exercé son métier de journaliste dès 1957, essentiellement dans la presse féminine et familiale, où elle a animé pendant douze ans...

Il faut tout un quartier pour élever un enfant

Un proverbe africain dit qu'il faut un village pour élever un enfant. Mais dans les quartiers défavorisés, comment les parents peuvent-ils faire face aux mauvais jugements et être soutenus dans...

Nous verrez-vous différents ?

La démolition-reconstruction de la cité Lys, une courée du quartier de Fives à Lille, a commencé en 2013 (La chronique de la démolition est à lire sur bit.ly/1k7PTBZ). Voici le témoignage...