Entrez votre recherche ci-dessous :
Journal d'ATD Quart Monde n° 424 Jan.2013

Conférence nationale sur la pauvreté

La conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale s’est tenue les 10 et 11 décembre à Paris. Marquera-t-elle le début d’un « choc de solidarité » dans la société, après le « choc de compétitivité » proposé par le gouvernement aux entreprises ?

Éditorial du journal

Nouvel an, nouvel élan ?

Bert-Luyts_120-ce3c6Nouvel An, le temps de l’échange des vœux. Souhaiter l’éradication de la misère, ou plus modestement, qu’en 2013, nous nous approchions de cette cible, c’est facile. Dire ce que nous souhaiterions comme prochaines étapes, pas si évident.

Le gouvernement s’est risqué à cet exercice : le 11 décembre, le Premier Ministre, M. Jean-Marc Ayrault, a annoncé les grandes lignes et quelques mesures d’un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté. Après le comité interministériel de lutte contre l’exclusion du 22 janvier, nous devrions connaître les détails de ce plan.

Nous serons déçus, forcément, parce que tant de propositions pourtant nécessaires et légitimes, élaborées et discutées dans sept groupes de travail lors de six ou sept réunions consécutives en octobre et novembre, ne seront pas retenues.

Et pourtant, j’ai senti le vent tourner. Le ton a changé : « Mon gouvernement n’accepte pas et n’acceptera jamais ni le cynisme, ni la stigmatisation. La pauvreté n’est pas une fatalité, la précarité n’est pas un fléau qui s’abat au hasard sur une partie de la population. Ce n’est pas non plus une marque d’infamie » , a dit M. Ayrault.

Juste avant, Mme Adobati, militante ATD Quart Monde de Nancy, avait parlé du poids de la stigmatisation: « Quand on a le RSA (Revenu de Solidarité Active), on n’ose pas le dire, on n’ose plus croiser le regard des autres, on a le sentiment de devoir toujours se justifier devant les travailleurs sociaux. »
Le gouvernement veut mettre en œuvre la participation des personnes en situation de pauvreté à l’élaboration et au suivi des politiques publiques, en s’inspirant de la pratique du 8e collège du CNLE (Conseil National des politiques de Lutte contre la pauvreté et l’Exclusion sociale).

Aujourd’hui, j’ai envie d’y croire. Je sais que le gouvernement ne fera pas tout, mais que nos initiatives de citoyens, nos efforts pour vivre mieux tous ensemble, notamment avec les personnes qui vivent dans la grande précarité, peuvent contribuer beaucoup à ce que chacun ait accès aux droits de tous et à ce que les idées reçues sur les plus défavorisés soient corrigées.
Le gouvernement appelle à la coopération des collectivités territoriales, des partenaires sociaux, des associations et des citoyens. Je veux répondre « présent ». Et je souhaite que nous soyons nombreux à contribuer, avec détermination et persévérance, à ce nouvel élan.

Haïti : « Nous voulons que la vie change »

A Lire aussi Dans les quartiers des Hauts de Martissant, qu'est-ce qui a changé depuis le tremblement de terre de janvier 2010 ? Pas grand-chose à l'œil nu. La reconstruction n'est pas...

« Nous étions le caillou dans la chaussure »

Micheline Adobati et Marie-France Zimmer, militantes d'ATD Quart Monde de Lorraine, ont participé au groupe « Inclusion bancaire et lutte contre le surendettement », l'un des sept groupes de...

Un bilan mitigé

« La pauvreté n'est pas une fatalité », a rappelé M. Ayrault lors de son discours de clôture de la Conférence. Le Mouvement ATD Quart Monde constate avec satisfaction que le gouvernement...

Repenser le travail et l’économie avec tous

 Ce sera l'un des grands thèmes du « Forum des engagements » à la cité de la Villette à Paris les 1er, 2 et 3 mars 2013. Aujourd'hui, le regard de Gérard Bureau, volontaire permanent d'ATD...

À lire et voir en janvier 2013

Viennent de paraître Bouba et Marius Jeu vidéo Un jeu vidéo pour Windows, aux décors somptueux, pour découvrir l'Afrique et la solidarité sur les pas de Bouba, un petit garçon qui part...