Entrez votre recherche ci-dessous :
Journal d'ATD Quart Monde n° 421 Sep.2012

26e Journée du refus de la misère

En France et dans d’autres pays, dans des quartiers en démolition-reconstruction ou ailleurs à l’abri des regards, des personnes en situation de pauvreté sont chassées et résistent chaque jour à des violences de toutes sortes. Depuis 25 ans, le 17 octobre rend leur fierté à ces personnes qui nous invitent à les rejoindre dans leurs combats pour que la vie change.

Éditorial du journal

« Mettre fin à la violence de la misère : s’appuyer sur les capacités de tous pour bâtir la paix »

En proposant cet axe pour le 17 octobre, les Nations Unies reconnaissent que ceux qui ont la vie difficile ont raison d’oser affirmer que la misère est une violence, que la paix n’est possible que si chaque personne est reconnue dans sa dignité, dans son savoir et sa capacité d’agir avec les autres. L’ONU soutient ainsi leur courage et leurs efforts de paix, comme elle l’a fait en 1992 en reprenant l’appel de Joseph Wresinski et en proclamant le 17 octobre « journée mondiale du refus de la misère. » Une journée bâtie depuis les lieux les plus abandonnés, devenue en 25 ans un espace de rencontre durable entre personnes de tous horizons qui témoignent qu’une nouvelle façon de vivre, de penser et d’agir ensemble est possible.
Isabelle PerrinOn parle beaucoup aujourd’hui de communication, de mise en réseau, de coopération. Ce sont des chantiers essentiels pour faire face aux défis de l’avenir. Mais chaque jour, des enfants perdent espoir à l’école parce qu’on ne croit pas en eux et dans leur famille. Chaque jour, des communautés sont chassées de nos villes. Chaque jour, des femmes et des hommes disparaissent dans l’indifférence, comme s’ils étaient en trop, inutiles, pour construire notre avenir commun.
Toutefois, des personnes cherchent à inventer une façon de communiquer, de se relier et de coopérer faisant émerger la contribution unique de chacun. Comme en France, où des acteurs-clé de l’éducation, dont des jeunes et des adultes confrontés à la grande pauvreté, ont élaboré des propositions pour une école qui permette la réussite de tous. Leur prise de parole et leur engagement courageux montrent que seule une école de la rencontre avec celui qui est différent, une école du partage du savoir entre tous sans exception, sera à la hauteur de l’intelligence et des capacités de chaque enfant à créer l’amitié. Une école qui développerait de tels savoir-faire et savoir-être ne créerait-elle pas la modernité dont ont besoin nos sociétés afin de sortir des crises successives qui les secouent ?

Isabelle Perrin, Déléguée générale du Mouvement international ATD Quart Monde

Découvrez aussi le « Résistances » 2012

17 octobre 2012 : les lieux de résistance

En France et dans d'autres pays, dans des quartiers en démolition-reconstruction ou ailleurs à l'abri des regards, des personnes en situation de pauvreté sont chassées et résistent chaque jour...

« Comme si nous étions rayés de cette planète »

« La misère est violence. Rompre le silence. Bâtir la paix » constitue à la fois le coeur et le fil rouge d'une recherche menée par le Mouvement ATD Quart Monde dans 25 pays (Voir...

Les Comités « Solidaires pour les droits »

Les Droits de l'Homme existent si l'on se rassemble pour les faire respecter. Les Comités « Solidaires pour les Droits » sont une réponse à la violence de la misère et de l'exclusion. Depuis...

Les migrants, acteurs de développement et de paix

À Paris, des migrants ont créé des associations pour soutenir les projets de leurs familles restées au pays. En France, les transferts financiers de migrants vers leur pays d'origine sont de...

À lire et voir en septembre-octobre 2012

Des pistes pour éradiquer la pauvreté Nouveautés L'Université populaire Quart Monde La construction du savoir émancipatoire Geneviève Defraigne-Tardieu L'Université populaire Quart...