Entrez votre recherche ci-dessous :

Grande pauvreté et orientation ASH* (Lettre N°65)

L’avis du CESE « Une école de la réussite pour tous » (mai 2015, rapporteure Marie-Aleth Grard*) a mis en évidence une vérité qu’on a encore tendance à ne pas vouloir voir : l’orientation vers les classes et filières de l’ASH est fortement liée à l’origine sociale.

 

Trop d’enfants et de jeunes issus de familles en situation de grande pauvreté sont orientés, parfois dès la fin de la maternelle, vers des classes spécialisées : ULIS école (ex CLIS), ULIS collège, SEGPA, ITEP, IME, IMPro… En lisant les pages 17, 18, 127 et 128 de l’avis du CESE, on voit aussi comment des fratries entières subissent cette orientation.

 

Les statistiques sont très parlantes : près de 80 % des élèves de SEGPA* sont issus de milieux défavorisés et le chiffre est à peu près le même pour les ULIS. Mis à part la SEGPA, dont le dossier d’orientation ne relève que de l’Éducation Nationale, les autres sections ou dispositifs nécessitent un dossier MDPH* et la reconnaissance d’un handicap. Ce handicap « disparaît » dans la plupart des cas lorsque l’enfant devient adulte !

La réussite de tous à l’école peut déjà se mesurer vers 15-16 ans par l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Or il est évident que la sortie du circuit scolaire normal vers l’ASH mène rarement (c’est un euphémisme !) à l’acquisition de ce socle commun. Ça peut même conduire à ne pas savoir lire et écrire.

 

Devant ce constat insupportable, le Mouvement ATD Quart Monde entreprend un travail sur cette question. Pour l’aborder et bien la cerner, il nous faut d’abord écouter toutes les personnes concernées : parents, acteurs de l’école, décideurs du Ministère de l’Éducation Nationale, acteurs du monde associatif dans le domaine du handicap. Nous verrons ensuite comment travailler avec ces partenaires pour permettre à l’école d’être à elle-même son propre recours, sans avoir besoin d’externaliser la prise en charge de l’échec scolaire. Bien sûr tout se tient, la résolution de cette question est inséparable des autres grands défis de l’école : évolution pédagogique, évolution vers un véritable partenariat avec tous les parents, évolution vers une école ouverte à la vie des quartiers etc. (il suffit de reprendre les différentes parties de l’avis du CESE « Une école de la réussite pour tous »).

Régis Felix

Allié ATD Quart Monde

 

 

 

*ASH : Adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés

* http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2015/2015_13_ecole_reussite.pdf 2

*SEGPA : Structure d’enseignement général et professionnel adapté (Collège)

* ULIS : Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Collège / Lycée)

*MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées

 

 

Nous avons besoin de vous !

 

Si vous êtes, professionnellement ou autrement, directement concernés par cette question de l’orientation vers l’ASH, vous pouvez contribuer à ce travail. Nous avons besoin de récits de ce que vous vivez sur cette question : participation ou opposition à une orientation vers une CLIS ou une SEGPA (ou autre), travail avec des parents autour de cette orientation, discussion avec des collègues, paroles de parents, paroles d’enfants, etc. etc. C’est à travers une multiplicité d’exemples de moments vécus que nous pourrons tenter de comprendre le pourquoi de cette corrélation si forte entre pauvreté et orientation ASH.
Merci pour les écrits que vous pourrez envoyer à [email protected]