Entrez votre recherche ci-dessous :

Être volontaire permanent est un engagement « novateur et révolutionnaire »

Alix Gérardin, 29 ans, a décidé en 2022 de quitter son emploi pour devenir volontaire permanente.

La sensation d’un « décalage » s’est insinuée progressivement dans son esprit. Pour Alix Gérardin, la voie semblait pourtant toute tracée : son diplôme d’ingénieure agronome en poche, elle travaille pendant cinq ans, notamment pour le ministère de l’Agriculture. Peu à peu, elle se rend compte que cela ne correspond plus à sa « vision du monde ».

Alliée d’ATD Quart Monde depuis plusieurs années, le volontariat la tente. Mais ce saut dans l’inconnu fait peur. « Est-ce vraiment une bonne idée de quitter mon CDI ? Est-ce que le décalage de niveau de vie avec mes proches ne sera pas trop compliqué à vivre ? Est-ce que je vais savoir trouver un équilibre avec ma vie personnelle ? Les questions se bousculaient », se souvient-elle.

Lors d’un week-end de découverte du volontariat, une phrase entendue chasse ses derniers doutes : « ne vous mettez pas la pression en vous disant que vous vous engagez pour toute votre vie. Vous êtes libres de partir ». Alix Gérardin se lance donc en octobre 2022. Elle a notamment pour mission d’aller à la rencontre des jeunes en situation de pauvreté. Au quotidien, elle assure, avec d’autres volontaires, la permanence de la Maison Quart Monde de Paris, accueille les personnes pour du soutien dans l’accès aux droits, anime des ateliers manuels, tisse des liens avec des jeunes, présente ATD Quart Monde aux associations du quartier…

Un système très sécurisant

« On se questionne beaucoup pour savoir si on met le temps et l’énergie au bon endroit pour être en lien avec les plus exclus. Le fait d’échanger avec d’autres volontaires nous permet d’avoir des repères », souligne-t-elle.

Ses peurs du début se sont effacées. Elle trouve finalement que le volontariat est « un système très sécurisant ». Pour l’instant, elle ne s’avance pas pour dire où elle sera dans cinq ans. Mais elle sait qu’elle vit aujourd’hui davantage en accord avec ses convictions, dans un « engagement hyper novateur et révolutionnaire ».

Cet article est extrait du Journal d’ATD Quart Monde de février 2024.

Photo :  Alix Gérardin a pour mission de rencontrer les jeunes à Paris. © ATD Quart Monde