Entrez votre recherche ci-dessous :

Debout, secoué par des vents contraires

Debout, secoué par des vents contraires

« J’ai voulu analyser les articulations, contradictions, synergies entre les décisions prises par les pouvoirs qui organisent la société et mes actions libres ou contraintes. Les conditions actuelles perturbent ces relations. Elles les rendent plus complexes. »

A 70 ans, Gérard Bodinier a écrit son autobiographie « Petit, mais debout ! ». Sept ans plus tard il publie ici ce qu’on pourrait appeler sa perception de la vie sociale.

C’est sous la forme d’un bref récit d’une centaine de pages que l’auteur s’exprime, en donnant la parole à Jo (aussi à sa compagne Martha) et en égrenant, en 26 très courts chapitres, divers souvenirs ou évocations de natures très différentes, dont le titre se réduit souvent à un seul mot (Abstention / Assistés / Investisseur / Football / Nu / Sexe / Bénévole / Franglais….), qui suscitent chacun son questionnement et sa réflexion. Il s’en explique dans un avant-propos :

« Jo revoit les moments où sa vie privée a été affectée par des décisions politiques, administratives, économiques, sociales des dirigeants… Il est convaincu que le bien commun doit s’imposer… mais il pense qu’il est de plus en plus difficile d’agir pour faire évoluer une organisation sociale largement mondialisée…Il a conscience de vivre plus librement que dans beaucoup de pays de la planète mais a le sentiment que sa démocratie est largement confisquée par une élite… »

Le lecteur est ainsi pris à témoin des sentiments contrastés éprouvés par Jo, entre ce qu’il voit et ce qu’il veut. Il voit une société qui « part en vrille », « de plus en plus de personnes inquiètes, frustrées par la manière dont le monde tourne ». Mais il veut « agir avec d’autres pour permettre à chacun de dépasser l’individualisme créé par la société libérale basée sur la compétition ». Il veut être « debout » mais il est « secoué par des vents contraires ».

C’est là le point de vue d’un « homme d’en bas », l’opinion d’un « homme du peuple ». Il en a le langage, le style et les références culturelles. Son parcours professionnel comme sa vie quotidienne portent la marque d’un engagement pour la dignité. A cet égard, sa rencontre avec le Mouvement ATD Quart Monde a été décisive : il y a trouvé un écho à ses aspirations : « que chaque personne puisse s’épanouir pleinement ».

Daniel Fayard

Éditions La Bruyère – 2023 – 111 p.