Entrez votre recherche ci-dessous :

À lire et voir en septembre-octobre 2016

La rencontre du mois…

Un « manuel anti-découragement »

La troisième édition du livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, vendu à 70 000 exemplaires depuis sa sortie fin 2013, paraît en octobre. Les auteurs nous la présentent.

Quelles questions avez-vous introduites ?

Depuis la dernière édition d’il y a deux ans, de nouveaux thèmes sont venus se lier à celui de la lutte contre la pauvreté, en particulier l’afflux des réfugiés vers l’Europe, la lutte contre le dérèglement climatique et le djihadisme. Nous avons introduit de nouvelles idées reçues liées à ces thèmes ainsi qu’à celui de la culture, choisi pour la Journée mondiale du refus de la misère 2016.
Enfin, nous avons ajouté plusieurs questions sur l’économie et le « marché roi », afin de démonter les mythes erronés qui mettent le mérite individuel au-dessus de tout et qui enfoncent les personnes n’ayant pas eu la chance de naître au bon endroit et au bon moment. Par exemple, on décortique des discours tels que « Quand une société s’enrichit, ça profite aussi aux pauvres », « Les inégalités sont un mal nécessaire au fonctionnement de l’économie », « La vraie vie, ce n’est pas l’assistance, c’est la réussite des plus aptes » ou encore « Il ne sert à rien de « victimiser » les pauvres, ils doivent faire des efforts ».

Avez-vous supprimé des idées fausses n’ayant plus cours ?

Oui, sur la hausse de la pauvreté et des inégalités. Personne ne conteste plus qu’elles augmentent d’année en année. Mais on constate que même lorsque des idées reçues disparaissent, elles peuvent toujours renaître un jour… à l’occasion d’une campagne électorale par exemple.

Comment expliquer le succès de ce livre ?

Pour les personnes confrontées à la pauvreté comme pour celles qui sont solidaires, il y a une grande soif de déconstruire les discours qui stigmatisent les personnes en précarité. Comme le dit le cinéaste Costa-Gavras en préface du livre, notre impuissance à agir contre la pauvreté fait que se retourner contre les pauvres devient comme une consolation. Les gens veulent comprendre de manière simple et objective les mécanismes qui conduisent à la pauvreté et ceux qui permettraient d’en sortir. Toute une partie de la population refuse que nos sociétés se bâtissent sur des « politiques de l’inimitié », comme dit le chercheur Achille Mbembe.
Avec la stigmatisation des pauvres, le rejet des réfugiés, la peur omniprésente des attentats, on renforce sournoisement des politiques sécuritaires et la méfiance de l’autre, au lieu de se demander comment vraiment changer les choses et reconstruire une société où plus personne n’est humilié et où chacun a sa place.
Ce qui fait aussi le succès de ce livre, ce sont son petit prix et sa bibliographie très riche, avec la plupart des documents cités accessibles gratuitement sur internet.
Au-delà de tous les stéréotypes qu’il déconstruit, ce livre est surtout un véritable « manuel anti-découragement ».
En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté
Claire Hédon, Marie-France Zimmer et Jean-Christophe Sarrot
Ed. Quart Monde-Ed. L’Atelier, 224 p., 5 €, en librairie le 3 octobre 2016.

Et aussi
Quand un peuple parle ATD Quart Monde, un combat radical contre la misère
L’auteur Bruno Tardieu, délégué national de 2006 à 2014, revient sur les méthodes et les principes du Mouvement à l’origine de la notion d’« exclusion sociale » et d’une nouvelle approche de la lutte contre la pauvreté.
Ed. La Découverte, 2015, 250 p., 13,50 €

Les affiches et autocollants du 17 octobre 2016

Les Affiches
format A3 : 1€ les 10
format 40×60 : 1 € les 5
format Decaux (1,18mx1,75m) : 3€ l’unité

Les Autocollants
Autocolllants culture  » 17/10  » : 6 € les 100
Autocollants logo Journée mondiale de lutte contre la misère: 6 € les 100
A commander par courrier (col de dr.) ou à [email protected]

A ne pas manquer

La pièce « Salauds de pauvres », inspirée du livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté, sera présentée le 15 octobre 2016 à 20 heures au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, 2bis rue du Conservatoire à Paris. Entrée gratuite avec une participation au chapeau.

Des outils pédagogiques

– « Viens, cherchons ensemble les clés de l’amitié et de la paix » pour préparer la Journée mondiale du refus de la misère avec les 7-13 ans.
– « Ensemble, refusons la misère » pour les 12-18 ans, pour développer le « savoir vivre ensemble ».
A télécharger sur atd-quartmonde.fr/dossierpedagogique