Entrez votre recherche ci-dessous :

Chômage de longue durée, travail précaire : « il faut refonder le système »

Spécialiste de l’économie solidaire, député d’Ille-et-Vilaine, Jean-René Marsac répond à nos questions sur le projet d’expérimentations territoriales « L’emploi conçu comme un droit » porté par ATD Quart Monde

Qu’apporte à vos yeux ce projet  ?

Il revient à l’origine même de l’insertion par l’activité économique, dont on s’est peu à peu détourné. Le principe n’est pas de construire avec les personnes privées d’emploi des parcours administratifs compliqués pour essayer de déboucher un jour sur une embauche, mais de proposer d’emblée et dans la durée une activité à la personne, de lui permettre d’être en lien avec les autres, dans un circuit d’échange et de soutien mutuel. Ensuite, elle construira son parcours de formation et son parcours professionnel.

Ces expérimentations s’appuient aussi sur une autre chose pour laquelle nous nous battons depuis longtemps, que nous appelions « l’activation des dépenses passives » . Cela consiste à transformer le soutien apporté aux personnes sous forme d’allocations en un salaire et un emploi, donc en autonomie de la personne et en reconnaissance sociale. Cela n’est pas plus onéreux pour la société. Ce qui est nouveau avec ce projet d’expérimentations, c’est l’idée d’exhaustivité, de proposer cela à toutes les personnes se trouvant au chômage de longue durée sur un territoire.

Cette exhaustivité nécessite des moyens. Que faut-il pour que ces expérimentations démarrent ?

La première condition est qu’il y ait une volonté très forte d’un territoire, des acteurs économiques, sociaux, politiques. Dans le pays de Redon, cela n’est pas encore complètement gagné. Je m’efforce que notre politique d’insertion professionnelle intègre cette volonté d’expérimentation territoriale.

La seconde condition concerne les circuits financiers et l’aspect législatif. Il faut que la loi change afin de permettre ces expérimentations. Il s’agit, dans ce cadre, de décider pour une durée limitée, dans un territoire donné, la réallocation de prestations sociales vers des salaires et, après trois ou quatre ans, d’évaluer ces expérimentations pour voir si elles peuvent s’étendre ou pas.

Êtes-vous optimiste ?

Notre système d’accompagnement des chômeurs de longue durée et des personnes exclues est à bout de souffle. Il faut refonder complètement cela. Cela ne veut pas dire qu’il faut rejeter tout l’accompagnement social et socio-professionnel, mais ils doivent être au service d’un autre projet territorial. J’ai bien conscience qu’il est compliqué de changer cela en temps de crise. Mais, à moyen terme, c’est clairement ce qu’il faut trouver. Ces projets d’expérimentations territoriales sont une bonne approche à tous les points de vue. Ce dont les personnes ont besoin, c’est du lien social, d’être reconnues et d’avoir la satisfaction de produire quelque chose d’utile à la collectivité et au territoire.

Propos recueillis par Jean-Christophe Sarrot

Un projet à expérimenter localement : « L’emploi conçu comme un droit »

Proposer à tout chômeur de longue durée qui le souhaite un emploi à durée indéterminée : c’est le but du projet « l’emploi conçu comme un droit » en développant et en finançant des activités utiles aux acteurs du territoire : habitants, entreprises, institutions… Une grande partie du financement de ces nouveaux emplois proviendra de la ré-allocation des montants consacrés à la gestion du chômage de longue durée.

La phase exploratoire de l’expérimentation doit être engagée sur un ou plusieurs territoires en 2014.

ATD Quart Monde publiera en novembre 2013 une évaluation des coûts et manques à gagner que la privation d’emploi due au chômage de longue durée occasionne chaque année en France. Cette étude montre qu’il est possible d’assurer le financement de ces créations d’emplois grâce à la réaffectation de ces coûts et manques à gagner.

Voir www.atd-quartmonde.fr/unemploiundroit

Contact : Patrick Valentin, responsable du réseau Emploi-formation d’ATD Quart Monde, 06 26 21 51 15, [email protected] |

Les différentes étapes de l’expérimentation « L’emploi conçu comme un droit »

1. 2013-2014 : dans trois territoires choisis, mises en adéquation des compétences des personnes privées d’emplois et des travaux utiles au territoire

2. 2014 ? : loi autorisant des expérimentations de « L’emploi conçu comme un droit » pour une durée limitée

3. 2014-2019 : expérimentation sur trois territoires avec une évaluation continue

4. 2019 ? : évaluation de la loi d’expérimentation

5. 2019-2020 ? : la loi autorise d’autres territoires à opter pour « l’emploi conçu comme un droit » |

Lire aussi :
Margaux Charpentier : « quand je rentrais du travail… »
Aux ateliers du Bocage, entreprise insérante